Plan d’action sur le changement climatique - Rapport sur le développement durable 2014 de Suncor

Plan d’action sur le changement climatique - Rapport sur le développement durable 2014 de Suncor

Plan d’action sur le changement climatique - Rapport sur le développement durable 2014 de Suncor

Plan d’action sur le changement climatique - Rapport sur le développement durable 2014 de Suncor

Plan d’action sur le changement climatique

Plan d’action en 7 points

  1. Gérer nos propres émissions
  2. Développer des sources d’énergie renouvelable
  3. Investir dans la technologie et l’innovation
  4. Utiliser des mesures de compensation au pays et à l’étranger
  5. Collaborer à l’élaboration des politiques
  6. Informer les employés et le public
  7. Mesurer et faire état de nos progrès

Nous avons reconnu très tôt que le changement climatique serait un enjeu important pour notre entreprise et nos parties intéressées. C'est pourquoi nous avons dressé un plan d'action en sept points dès 1997.

Guidés par ce plan, nous avons eu passablement de succès à réduire l’intensité carbonique totale de nos activités (soit la quantité de carbone émis par baril ou mètre cube de pétrole produit ou raffiné).

Pour en apprendre davantage sur l'énergie renouvelable

Bien que beaucoup de choses aient changé au fil des ans, notre stratégie relative au changement climatique demeure un guide fiable à une époque où le besoin de collaborer, d'investir dans des technologies de réduction des GES et d'élaborer une politique publique constructive — tous des éléments de notre plan original — se fait de plus en plus criant.

Pour en apprendre davantage sur notre participation aux politiques publiques

Plan d’action en sept points

Voici un résumé des mesures que nous avons continué de prendre en 2013 conformément à notre plan d'action en sept points pour mieux gérer les émissions de GES et répondre de façon constructive au défi du changement climatique.

Tout montrer | Tout masquer

1. Gérer nos propres émissions

  • Les émissions absolues ont augmenté tandis que  l'intensité des émissions a légèrement diminué. Cela est surtout attribuable à l'augmentation graduelle de la production de Firebag 4. Les hausses d’émissions découlent d’une génération de vapeur accrue nécessaire pour une plus grande production. Une fois que les gisements ont atteint les niveaux de production souhaités et un fonctionnement stable, l’intensité des émissions diminuera normalement. L’augmentation des émissions absolues dans le secteur In Situ a été quelque peu compensée par la vente de la majorité de notre production terrestre de pétrole et de gaz classiques à la mi-année.  Voir la section Performance de 2013 en matière de GES.
  • Nous croyons que l'occasion la plus prometteuse à court terme pour réduire les émissions de GES et l'intensité des émissions est d'améliorer l'efficacité énergétique de nos activités et la fiabilité de nos installations. Nous continuons également d'investir dans des technologies à long terme qui pourraient réduire largement l'intensité des émissions et, en définitive, abaisser la courbe de croissance des émissions absolues.
  • En 2013, nous avons poursuivi la mise en œuvre d'un système de gestion de l'énergie (SGÉ) exhaustif dans toutes nos installations terrestres exploitées, un processus qui, nous l'espérons, sera terminé d'ici la fin de 2014. Pour nous, le SGÉ est un facteur clé pour atteindre notre objectif d'amélioration de 10 % de l'efficacité énergétique à l'échelle de la Société d'ici 2015 (par rapport à 2007). Le SGÉ comprend la mise en œuvre et le maintien d’un système exhaustif qui surveille, évalue et améliore l’efficacité énergétique de nos installations grâce à la discipline opérationnelle et des projets ciblés.
  • En 2012, Suncor et Jacobs Consultancy ont publié un rapport intitulé A Greenhouse Gas Reduction Roadmap for Oil Sands qui a été préparé pour la Climate Change and Emissions Management Corporation. Pour son évaluation, le rapport a utilisé nos installations in situ, d'exploitation minière, d'extraction et de valorisation pour déterminer, évaluer et quantifier l'efficacité énergétique et les occasions de réduction des GES. On a comparé l'envergure et le rapport coût-efficacité de solutions de réduction des gaz à effet de serre et développé une feuille de route pour l'évaluation de l'empreinte de gaz à effet de serre d'autres installations similaires et identifier de futures possibilités technologiques. (Changements climatiques : un autre type de point de bascule). Nous avons remis cette étude à la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA) et elle sert à éclairer la feuille de route de la COSIA reliée au développement technologique des GES.

2. Développer des sources d'énergie renouvelable

  • Nous avons continué de suivre notre « voie parallèle » dans le développement des ressources énergétiques : mettre en valeur les ressources en sables pétrolifères, en pétrole et en gaz naturel extracôtiers d'aujourd'hui tout en développant de nouvelles sources d'énergie pour l'avenir.
  • Nous exploitons la plus grande usine de production d'éthanol du Canada et participons à six parcs éoliens totalisant une capacité de 255 mégawatts (MW).
  • Nous avons obtenu notre permis principal pour construire le parc éolien Adelaide d’une capacité de 40 MW, qui devrait être fonctionnel à la fin de 2014.
  • Le projet de parc éolien Cedar Point II d’une capacité de 100 MW est en cours d’examen réglementaire et une décision est prévue cette année.
  • On estime que notre portefeuille d'énergie renouvelable total prévient actuellement l'émission d'environ un million de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par année, soit l'équivalent des émissions d'échappement annuelles d'environ 225 000 voitures.

3. Investir dans la technologie et l’innovation

  • Nous avons continué de jouer un rôle de premier plan en 2013 dans le développement d'autres technologies d'extraction du bitume à long terme qui pourraient permettre de réduire de manière significative l'intensité des émissions de GES provenant de la production tirée des sables pétrolifères. Pour réaliser d'autres réductions de l'intensité carbonique et faire progresser des solutions à long terme potentielles contre le changement climatique, y compris le captage et le stockage du carbone (CSC), nous avons également continué de travailler par l'entremise d'organisations comme :
    • Integrated CO2 Network (ICO2N)
    • Carbon Management Canada (CMC)
    • CO2 Capture Project (CCP)
      Parmi les autres initiatives, nous dirigeons un projet collaboratif de recherche et développement qui pourrait améliorer les chances de voir le CSC mis en œuvre aux installations d'extraction in situ. Voir la section Développement technologique pour plus de détails.
  • En 2012, nous avons cofondé la Canada's Oil Sands Innovation Alliance (COSIA), une alliance de 13 sociétés représentant 90 % de la production tirée des sables pétrolifères.
  • La COSIA mise sur l'action collaborative pour accélérer les améliorations de la performance environnementale dans quatre principaux domaines, dont les gaz à effet de serre.
  • La COSIA s'appuiera sur le travail d'autres réseaux de collaboration pour partager les connaissances et l'expertise en matière de nouvelles technologies et d'innovation.
  • En termes de développement de solutions potentielles à grand impact pour la réduction des émissions, la COSIA rassemble un éventail plus large d'idées et de ressources et possède une capacité accrue de mettre en œuvre de nouvelles approches d'une manière structurée et disciplinée.

Visiter le site Web de la COSIA pour plus d'information.

4. Utiliser des mesures de compensation au pays et à l'étranger

  • Nos parcs éoliens ont continué de générer des crédits de compensation de GES.
    • En Alberta, les crédits nous sont attribués en vertu du Wind-Powered Electricity Systems Offset Protocol du Système de crédits compensatoires. Dans les autres territoires de compétence où nous exerçons nos activités, les crédits ou attributs environnementaux reviennent aux services publics de la Couronne qui achètent l'électricité. Les crédits compensatoires générés par nos parcs éoliens en Alberta ont permis de rendre conformes des installations d'exploitation de sables pétrolifères au règlement Specified Gas Emitters Regulation de l'Alberta.
    Pour en apprendre davantage sur nos parcs éoliens.
  • Nous avons continué de prendre part à plusieurs initiatives internationales d'échange de droits d'émission. Nous avons investi dans le Greenhouse Gas Credits Aggregation Pool, consortium créé par la société NatSource pour fournir aux acheteurs des crédits de réduction d'émissions de GES de haute qualité permettant de compenser leurs propres émissions de GES. À l'instar d'un fonds commun de placement, le consortium regroupe les demandes des acheteurs individuels et réduit les risques en faisant l'acquisition d'un portefeuille d'instruments.
  • Nous nous sommes également engagés à participer pour une période de dix ans au projet de séquestration de carbone du Rio Bravo, au Belize. Ce projet vise la conservation et la gestion durable de plus de 51 000 acres de forêt dans le nord-ouest du Belize. On estime que le projet réussira à séquestrer d'importantes quantités de dioxyde de carbone sur une période de 40 ans en prévenant la déforestation et en instituant une gestion durable de la forêt.
  • En 2011, une partie de ce projet a été certifiée en vertu de la norme Verified Carbon Standard en tant que projet REDD (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation) des Nations Unies. L'autre partie du projet, dans laquelle Suncor a une participation, a subi des dégâts en raison d'un ouragan en 2010 et ne sera probablement pas certifiée avant qu'une évaluation des impacts à long terme ne soit réalisée. Le projet fournit un apprentissage utile à la communauté forestière, aux développeurs de mesures de compensation et aux responsables des orientations politiques sur des enjeux comme la permanence et les fuites et démontre que la préservation des forêts fait partie de la solution au changement climatique.
  • Tout comme nous sommes un membre de l'Industry Provincial Offsets Group voué à la création d'un système national de crédits compensatoires, nous sommes aussi membre actif de l’International Emissions Trading Association (IETA). L’IETA se voue à l’établissement d’un cadre international fonctionnel pour l’échange de réductions des émissions de GES. Dans le cadre de ces affiliations, nous participons à divers groupes de travail pour assurer l’intégrité environnementale d’abord et avant tout, mais aussi pour créer une certaine souplesse pour les solutions commerciales qui tirent parti des actions et occasions à l’échelle de la planète et de l’ensemble de l’économie canadienne. Le groupe de travail canadien de l’IETA a été très efficace en collaborant pour aider à structurer le dialogue et l’alignement liés à l’harmonisation des systèmes de contrôle, de déclaration et de vérification des GES; la comptabilisation des infrastructures du marché (c.-à-d., suivis et registres); l’alignement du développement d’un système de compensation et d’un protocole; la conception d’un fonds technologique; et donner de l’information destinée (largement) aux ententes d’équivalence des GES provinciales et fédérales dans le cadre d’un dialogue régulier entre l’industrie, les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral.

5. Collaborer à l'élaboration des politiques

Nous consultons les administrations fédérales canadienne et américaine et les États et provinces sur les politiques en matière d'énergie et de changement climatique.

En ce qui concerne la réglementation sur le changement climatique, nous continuons de réclamer :

  • de la clarté et de la certitude; nos investisseurs veulent savoir quelles sont les règles et être assurés de leur longévité, étant donné que nos projets majeurs nécessitent un investissement initial considérable et qu'ils sont opérationnels durant des décennies
  • de l'équité (à l'échelle nationale et internationale) afin qu'aucune industrie ou région ne soit ciblée ou désavantagée injustement
  • des normes internationales qui font la promotion des rapports sur le développement durable et la transparence
  • de la flexibilité dans les mécanismes de conformité, afin que les entreprises puissent prendre les mesures les plus économiques et les plus appropriées compte tenu des particularités de leurs activités
  • de l'harmonisation entre les divers territoires de compétence afin d'éviter les chevauchements et les pratiques non efficientes, en particulier au sein du marché énergétique nord-américain intégré
  • l’élaboration d’un fonds technologique pour exploiter la richesse des sables pétrolifères en matière de recherche et de développement nécessaires pour changer le système énergétique canadien à long terme et faire en sorte que le Canada demeure un joueur concurrentiel dans le secteur énergétique mondial


Nous considérons l'échange de droits d'émission de GES et les autres mécanismes de tarification du carbone comme des outils utiles. Nous croyons aussi que pour être efficace, la politique en matière de changement climatique doit encourager l’investissement conséquent et patient dans les nouvelles technologies qui transformeront la façon dont nous produisons et utilisons l'énergie. Des investissements stratégiques en technologie peuvent mener à d’importantes réductions des émissions, mais il faut une volonté d’affecter des fonds, tant privés que publics, à l’innovation. Les systèmes de plafonnement et d'échange ou les politiques de tarification du carbone, à eux seuls, n'auront pas ce résultat.

Pour en apprendre davantage sur notre participation aux politiques publiques

6. Informer les employés et le public

La sensibilisation à l'énergie est un fondement nécessaire à l'élaboration de solutions énergétiques réellement novatrices et pratiques. Nous continuons de travailler avec des organisations de premier plan pour promouvoir la sensibilisation à l'énergie.

  • Par l’entremise de la Fondation Suncor Énergie, nous :
    • soutenons les efforts de Pollution Probe pour promouvoir la sensibilisation à l'énergie et encourager l'utilisation d'une approche systémique à l'égard de l'énergie dans le cadre de l’Energy Exchange
    • parrainons Quality Urban Energy Systems of Tomorrow, organisme voué à la promotion d'une approche intégrée et communautaire en matière de résolution d'enjeux énergétiques et environnementaux
    • appuyons le développement d’une communauté de pratique nationale pour la documentation sur l’énergie par l’entremise du Musée des sciences et de la technologie du Canada
  • Nous appuyons une série de conférences en partenariat avec The Walrus Foundation appelée The Walrus Talks Energy. Des conférences se sont tenues à Toronto, Montréal et Vancouver sur diverses perspectives sur le système énergétique actuel et futur.
  • Nous appuyons une initiative du Pembina Institute, appelée Green Energy Futures, qui dresse le profil de vraies personnes et de leurs expériences d’utilisation des technologies énergétiques écologiques dans leurs maisons et collectivités à l’aide d’une plateforme multimédia.
  • Nos employés poursuivent leur l'objectif de réduire le gaspillage et d'améliorer l'efficacité énergétique dans le cadre de notre initiative d'engagement des employés. Cette initiative déborde du cadre des séances sur la conservation de l'énergie tenues sur l'heure du midi afin de souligner les réalisations des employés quant à leur contribution à des projets d'efficacité énergétique et de réduction des GES, par l'intermédiaire de nos Prix du président en matière d'excellence opérationnelle.

En apprendre davantage sur les investissements dans la collectivité sur suncor.com

7. Mesurer et faire état de nos progrès

  • En mars 2014, nous avons déposé notre septième rapport annuel de conformité en matière de GES pour nos activités albertaines auprès du gouvernement de l'Alberta, en vertu du règlement Specific Gas Emitters Regulations.
    • Nous respectons également toutes les exigences applicables du Système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE) de l'Union européenne. Pour en savoir plus sur le SCEQE de l'UE.
    • Nous faisons rapport annuellement à Environnement Canada sur toutes nos installations canadiennes émettant plus de 50 000 tonnes d'équivalent dioxyde de carbone, ainsi qu'à l'Environmental Protection Agency des États-Unis pour nos installations de Commerce City, de même qu'aux gouvernements de l'Alberta, de l'Ontario, du Québec et de la Colombie-Britannique conformément à leurs exigences relatives aux déclarations.
    • Nous faisons également état de nos progrès en matière de gestion des émissions de GES à toutes les parties intéressées par l'intermédiaire de notre Rapport sur le développement durable et du CDP.
  • Aux fins de notre planification, nous modélisons les émissions associées à l'ensemble de notre production exploitée future, y compris les projets de croissance, pour évaluer les risques et cerner les possibilités liés aux régimes de réglementation existants et prévus en matière d'émissions de carbone. Le postulat de notre scénario de référence quant au prix futur du carbone tient compte des meilleures informations à notre disposition issues des marchés du carbone et des politiques publiques en cours d'élaboration dans les territoires de compétence au sein desquels nous exerçons des activités importantes. Notre scénario de référence prévoit une fourchette des prix du carbone allant de 15 $ la tonne à environ 50 $ la tonne et suppose que le prix du carbone s'appliquera à un pourcentage croissant de nos émissions d'ici 2025. Voir notre réponse au CDP en 2014.