Renseignements sur les technologies que nous utilisons pour remettre en état des bassins de résidus et des terrains perturbés dans le secteur des sables pétrolifères dans le Rapport sur le développement durable 2014

Plus de détails sur nos progrès en matière de mise en œuvre de technologies de gestion des bassins de résidus dans le Rapport sur le développement durable 2014 de Suncor

Plus de détails sur nos progrès en matière de mise en œuvre de technologies de gestion des bassins de résidus dans le Rapport sur le développement durable 2014 de Suncor

Suncor est un pionnier dans le développement de de procédés de remise en état des bassins de résidus – plus de détails à propos de nos plus récentes innovations et collaborations dans le Rapport sur le développement durable 2014

Résidus

Sur cette page :

La gestion des résidus miniers constitue un défi de taille pour l'industrie depuis le début de l'exploitation minière des sables pétrolifères, il y a plus de quatre décennies.

Toutes les formes d'exploitation minière, qu’il s’agisse du charbon, de l’or, de l’uranium ou de la potasse, génèrent des résidus et il incombe aux exploitants miniers de déterminer la façon d'éliminer ces sous-produits de manière sécuritaire et efficace. Le défi est d'autant plus considérable étant donné l'ampleur de l'exploitation des sables pétrolifères.

Les résidus des sables pétrolifères se composent d'eau, d'argile, de sable et d'hydrocarbures résiduels provenant du processus d'extraction. Le forage in situ du bitume des sables pétrolifères ne produit pas de résidus.

Les pratiques courantes de l'industrie consistaient à pomper les résidus dans de vastes bassins de décantation, appelés bassins de résidus, souvent aménagés dans des zones de mine désaffectées. Par la suite, la matière la plus lourde — surtout du sable — se dépose au fond, tandis que l'eau monte à la surface et peut être recyclée. Une couche intermédiaire se forme, connue sous le nom de résidus fins mûrs, et composée à 70 % d'eau et à 30 % de particules d'argile fines. Laissée à elle-même, sans intervention, la couche de résidus liquides pourrait prendre des siècles à se solidifier suffisamment pour être remise en état.

Le développement continu de l'exploitation minière a nécessité la création d'un nombre croissant de bassins de résidus toujours plus grands. Nous possédons présentement huit bassins de résidus actifs, couvrant un total d'environ 2 684 hectares et contenant près de 292 millions de mètres cubes de résidus liquides. Ces bassins de résidus représentent environ 13 % des 21 690 hectares de terrains que nous avons perturbés dans le cadre de l'exploitation minière. C'est pourquoi le fait de trouver un moyen d'accélérer la transformation des résidus liquides en un dépôt ferme et pouvant être récupéré revêt une importance capitale pour l'amélioration de notre rendement général en matière de remise en état.

Gestion des résidus des sables pétrolifères et procédé TRO

Nous avons investi dans le développement de nouvelles technologies, incluant le procédé TRO. À la fin de 2013, nous avions dépensé plus de 1,3 milliard $ dans la recherche, le développement et la mise en œuvre de cette nouvelle technologie de gestion des résidus à l’échelle dans le cadre de nos activités.

Pour en apprendre davantage sur le procédé TRO

Dans les années à venir, nous espérons que notre approche TRO nous aidera à réduire le nombre de bassins de résidus à nos installations minières actuelles. La remise en état progressive des bassins de résidus nous permettra de remettre en état plus rapidement tous nos sites miniers, et donc de retrouver un habitat naturel tout aussi rapidement.

La mise en œuvre à grande échelle du procédé TRO est bien partie. Tout en continuant à améliorer le procédé TRO, nous nous concentrerons sur des façons d’accroître nos activités pour réduire d’avantage notre stock de résidus fins liquides.


Pour en apprendre davantage sur la gestion des résidus

Tout montrer | Tout masquer

TRO et le défi de la directive 074

En 2009, l'Alberta's Energy Resources Conservation Board (ERCB), aujourd’hui l’Alberta Energy Regulator, a présenté la directive 074 qui met en place des critères de rendement et des échéanciers précis pour que les exploitants des sables pétrolifères déposent les tonnes sèches de résidus fins dans des aires de décharge réservées. Dans un rapport publié en 2013, l’ERBC a évalué le rendement en matière de résidus de sept sociétés minières des sables pétrolifères de 2010 à 2012 et a découvert qu’aucune des sociétés n’avait atteint ce chiffre. Toutefois, l’organisme de réglementation a précisé que pour le moment il n’imposerait aucune pénalité parce que l’industrie et l’organisme de réglementation avaient été trop optimistes quant à la rapidité de mise en œuvre des technologies de réduction des résidus.

Notre plan de conformité se fonde sur la mise en œuvre de notre technologie de séchage des résidus connu sous le nom de procédé TRO. Notre principal défi accélère rapidement le passage de cette nouvelle technologie de concept à l’activité commerciale tout en respectant les échéanciers de la Directive 074. Au cours des cinq dernières années, nous avons stabilisé notre inventaire de résidus fins liquides, ce qui respecte l’intention de la Directive 074. Nous continuerons de travailler à améliorer nos activités afin de réduire cet inventaire, ce qui devrait nous positionner pour respecter les critères spécifiques de l’organisme de réglementation et nous conformer à la Directive 074 dans un avenir rapproché.

Monter la barre : Collaboration en matière de résidus

À titre de membre de la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA), un groupe de 13 exploitants engagés à accélérer les améliorations en matière de performance environnementale, nous avons partagé des détails précis sur notre procédé TRO avec d’autres sociétés membres de la COSIA. En retour, nous avons eu accès aux technologies que les autres sociétés utilisent pour gérer leurs bassins de résidus.

Grâce à la recherche, à l’expérience, à l’expertise et aux engagements financiers, nous sommes en mesure de chercher plus rapidement de nouvelles technologies. Nous espérons que ce partage des ressources dans le cadre de la COSIA améliorera grandement la gestion des résidus maintenant et dans les futures installations minières des sables pétrolifères.

En apprendre davantage sur le secteur environnemental privilégié des résidus de la COSIA

Technologie de la couverture de coke

Nous avons également accéléré la remise en état des bassins de résidus en utilisant une couverture de coke, un sous-produit du bitume valorisé, pour créer une surface solide à notre Bassin 5. La couverture de coke est suffisamment légère pour flotter sur la surface du bassin et assez solide pour permettre aux camions d'y circuler. Des drains d'assèchement dans la couverture de coke agissent comme des pailles; ils évacuent l'eau et séparent les résidus des matières remises en état.

Le projet de couverture de coke du Bassin 5 est l'un des plus grands essais sur le terrain au monde en matière de technologie de traitement des résidus. La solidification ciblée devrait être terminée d'ici 2019; alors que le coke sera recouvert de sable jusqu'à ce que les résidus puissent accueillir de la végétation ou être davantage remis en état.

En apprendre davantage sur la couverture de coke dans FSP

MC Marque de commerce de Suncor Énergie Inc.