« Au lieu d’essayer de prouver qui a tort et qui a raison, nous devons travailler tous ensemble à la recherche de solutions concrètes. » - président et chef de la direction, Steve Williams, sur l’engagement de Suncor à bâtir une société plus durable. En savoir plus dans le Rapport sur le développement durable 2014

« Il nous faut maintenant élever la collaboration à un niveau supérieur. », chef de la dir., Rap dével. durable 2014

« Je crois qu’il y a lieu d’être optimistes. Si nous pouvons commencer à imaginer un meilleur avenir énergétique, nous pouvons commencer à travailler tous ensemble pour le concrétiser. » Lire le message du président et chef de la direction de Suncor, Steve Williams, dans le Rapport sur le développement durable 2014

« Il faut entamer une conversation ouverte et honnête avec toutes les parties intéressées pour définir le type de société que nous souhaitons créer collectivement – et les choix énergétiques qui nous permettront d’y parvenir. » Lire le message du président et chef de la direction de Suncor, Steve Williams, l’engagement de Suncor à bâtir une société plus durable dans le Rapport sur le développement durable 2014

Message du chef de la direction

Steve Williams chef de la direction de SuncorMême si le contexte énergétique mondial évolue constamment, une certitude demeure : il n’y a pas d’économie saine sans approvisionnement stable en énergie. La population mondiale devant atteindre les neuf milliards avant le milieu du siècle, il est plus crucial que jamais de produire l’énergie dont le monde a besoin tout en minimisant notre impact sur l’environnement.

Pour discuter de notre avenir énergétique commun, nous devons évaluer ouvertement les risques que présentent nos choix en matière d’énergie, notamment le défi lié aux changements climatiques planétaires. Notre manière de produire, de distribuer et d’utiliser l’énergie a un impact très concret sur notre planète.

Cependant, nous devons également reconnaître les avantages tout aussi concrets qu’offre le développement responsable de l’énergie – notamment les emplois, la mobilité et la qualité de vie qu’un tel développement procure à des millions de personnes dans le monde entier.

Malheureusement, à l’heure actuelle, il est rare de pouvoir discuter de notre avenir énergétique en nous concentrant sur la recherche de solutions. Nous sommes plus enclins à la diabolisation qu’à la délibération. Nous sommes très doués pour l’affrontement, mais nous semblons avoir oublié comment discuter de manière honnête, directe et ouverte à propos des choix énergétiques qui touchent chacun d’entre nous au quotidien.

Je suis convaincu qu’il existe une meilleure voie. Au lieu d’essayer de prouver qui a tort et qui a raison, nous devons travailler tous ensemble à la recherche de solutions concrètes. En clair, la dualité entre « bons » et « méchants » n’a pas sa place dans la réflexion sur notre avenir énergétique commun.

Nous savons que nous ne pouvons résoudre cette impasse seuls, mais nous pouvons contribuer à un avenir meilleur en nous efforçant de devenir la meilleure entreprise possible. Qu’est-ce que cela signifie? Nous devons, entre autres :

  • faire de la sécurité notre priorité absolue
  • améliorer continuellement notre performance économique, sociale et environnementale
  • fixer des objectifs ambitieux et rendre compte de nos réussites et de nos échecs de façon transparente
  • investir dans la technologie et l’innovation
  • collaborer pour trouver des solutions.

Nos aspirations sont guidées par nos valeurs et notre principe fondamental : si ce n’est pas sécuritaire, ne le faites pas. Cinq décès (trois employés et deux entrepreneurs) survenus près de nos installations des Sables pétrolifères plus tôt cette année nous rappellent tristement qu’il ne faut jamais oublier notre engagement qui est d’assurer que chacun de nous puisse rentrer du travail sain et sauf. De tels incidents sont sans précédent et inacceptables, et nous avons mis sur pied un groupe de travail majeur pour intensifier nos efforts en matière de sécurité et veiller à ce que ces tragédies ne se reproduisent plus.

Il y a près de 20 ans, dans notre parcours vers le développement durable, nous avons mis en place un plan de gestion des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle de l’entreprise. Guidés par ce plan, nous continuons d’investir dans la technologie et l’innovation pour réduire l’intensité des émissions et, à terme, faire fléchir la courbe de croissance des émissions absolues. Nous visons à ce que les émissions associées à nos produits soient semblables ou inférieures à celles d’autres sources de pétrole. Nous avons également investi dans des sources d’énergie renouvelable, principalement l’énergie éolienne et les biocarburants. Ces investissements témoignent de notre conviction que toutes les sources d’énergie sont essentielles pour aller de l’avant, et de notre engagement à produire de l’énergie à moindre impact environnemental.

La technologie et l’innovation nous permettent également de réduire considérablement notre utilisation d’eau douce et d’explorer des moyens de recycler et de réutiliser l’eau dans nos installations. En partageant nombre de ces avancées technologiques avec le reste de l’industrie, nous espérons produire un effet encore plus important.

Il y a cinq ans, nous avons établi un précédent dans l’industrie en nous fixant des objectifs de performance en matière de consommation d’eau, de remise en état des terrains perturbés, d’efficacité énergétique et d’émissions atmosphériques. Tout en maintenant le cap sur nos objectifs de 2015, nous tenons des consultations à l’interne et avec les parties intéressées afin d’établir des cibles ambitieuses en matière de développement durable et de performance environnementale et sociale au-delà de 2015.

Notre motivation est simple : nous croyons que les sociétés comme Suncor ont une occasion unique – et l’obligation – de participer au mieux-être des collectivités où elles sont établies et de tenter de résoudre les problèmes sociaux complexes qui les touchent.

Cependant, nous savons que nous pouvons aller beaucoup plus loin sur tous les fronts en unissant nos efforts pour trouver des solutions.

La création de la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA), un réseau de 13 sociétés axé sur l’amélioration de la performance environnementale à l’échelle de l’industrie, constitue un tel exemple de collaboration. Dans sa première année seulement, la COSIA a permis la mise en commun de plus de 560 technologies totalisant près de 1 milliard de dollars.

La collaboration prend également d’autres formes, comme le travail concerté de Suncor et de sept autres sociétés pour créer le Réseau canadien du Pacte mondial des Nations Unies (PMNU). Cette dernière initiative témoigne de notre soutien incessant envers le PMNU et ses 10 principes, qui guident notre approche en matière de droits de la personne, de normes du travail, d’environnement et de corruption, et ce, peu importe où nos activités nous mènent.

Il nous faut maintenant élever la collaboration à un niveau supérieur. Il faut entamer une conversation ouverte et honnête avec toutes les parties intéressées pour définir le type de société que nous souhaitons créer collectivement – et les choix énergétiques qui nous permettront d’y parvenir.

Prenons comme exemple les défis que posent les changements climatiques. Comme producteur d’énergie, nous partons du principe que nous devons tout faire pour réduire notre empreinte carbone. Mais pour réduire significativement les émissions de GES à l’échelle mondiale, nous devons également amorcer une réflexion collective beaucoup plus vaste, sur la façon d’aménager nos villes, de chauffer nos maisons, de cultiver nos aliments et de nous déplacer.

Ainsi, même si je suis très fier de nos investissements annuels dans les collectivités où nous sommes présents, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur tout ce que nous pourrions accomplir si les acteurs de l’industrie, les décideurs et toutes les parties intéressées unissaient leurs forces et leurs compétences pour relever les défis sociaux actuels, qu’il s’agisse de renforcer les capacités des organismes sans but lucratif ou de favoriser la réussite scolaire chez les jeunes Autochtones.

Travailler en collaboration est difficile, tout comme les défis que nous tentons de relever. Pour parvenir à des solutions, nous devons renoncer à nos visées personnelles et comprendre que notre façon de faire n’est pas toujours la meilleure, pour mieux nous concentrer sur le bien commun.

Je crois qu’il y a lieu d’être optimistes. Si nous pouvons commencer à imaginer un meilleur avenir énergétique, nous pouvons commencer à travailler tous ensemble pour le concrétiser. Bien sûr, nos actions ne seront pas toutes couronnées de succès.

Une chose est sûre, cependant : si nous n’agissons pas, nous échouerons. Et nous devrons tous – collectivement – répondre de cet échec devant les générations futures.

La prochaine conversation au sujet de notre avenir énergétique commence dès aujourd’hui. Tâchons d’établir un dialogue constructif et respectueux tant sur les avantages que sur les risques du développement énergétique. Ensemble, nous pouvons commencer à bâtir une société plus durable.

Steve Williams
Président et chef de la direction