Rapport sur le développement durable 2018

Risque lié au carbone et perspectives énergétiques

Intégration du risque lié au carbone au processus décisionnel

Les technologies innovatrices et le changement d'attitude de la société ont amené les gouvernements au Canada et à travers le monde à adopter des objectifs ambitieux de réduction des émissions et les mesures législatives à l'appui. Le risque de cette transition inclut des mesures liées à la tarification du carbone, à l'énergie propre, aux normes sur les carburants et aux mécanismes incitatifs en appui aux énergies de remplacement et aux mandats qui pourraient avoir une incidence sur la rentabilité ou la réputation de Suncor.

Depuis 2016, le risque lié au carbone est considéré comme l'un des risques principaux de Suncor. Un risque principal est généralement considéré comme une exposition pouvant avoir une incidence significative sur la capacité de Suncor d'atteindre ou de soutenir ses objectifs stratégiques.

Étant un risque principal, le carbone reçoit toute l'attention voulue du conseil d'administration et de la haute direction et des systèmes sont en place pour atténuer les effets potentiels. Ainsi, en tant que risque principal, il fait l'objet d'un examen annuel par le conseil d'administration. Le risque lié au carbone est également soumis au Comité sur l'environnement, la santé, la sécurité et le développement durable du conseil d'administration.

Chaque année, dans le cadre de notre processus de planification commerciale normal, un scénario de référence de nos perspectives sur la tarification du carbone est établi en tenant compte des règlements en vigueur et de leurs effets prévus sur nos actifs.

Le plan commercial, les investissements et toutes les décisions en matière d’immobilisations sont testés en fonction de plusieurs variables, notamment notre scénario de référence et d'autres perspectives sur le prix du carbone, afin d'assurer l’atteinte d’un taux de rendement concurrentiel sur la durée de vie de l'actif. En 2018, nous avons aussi développé un autre scénario qui tient compte d'une perspective plus large de la tarification future du carbone. Cet autre scénario sert de « test de résistance » et renforce la confiance concernant les décisions en matière d’immobilisations.

Bien que la tarification du carbone joue un rôle, ce sont les prix du pétrole brut qui constituent le facteur déterminant du rendement des investissements. De faibles prix du brut pourraient être attribuables à un contexte où la demande en pétrole a baissé en raison de la politique sur le carbone ou de l'adoption de carburants de transport de remplacement; on estime aussi qu'ils sont un indicateur substitut approprié du risque global lié au carbone pour la rentabilité économique d'un projet.

Notre processus annuel de planification commerciale décennale exige que nos secteurs se fondent sur l'hypothèse d'un contexte continu de faibles prix. Chaque secteur doit démontrer qu'il est en mesure de maintenir un taux de rendement acceptable, notamment en finançant ses immobilisations de maintien et en permettant à Suncor de maintenir son dividende et de l'augmenter. Si le secteur ne peut respecter ces critères, il doit décrire les étapes nécessaires pour atteindre cette cible.

Notre modèle de gestion interne pour l'élaboration de projets et le développement d'actifs comprend un examen des répercussions des changements climatiques aux deux premières évaluations d'étape, avant d'engager des ressources importantes, et permet de bien comprendre toutes les occasions et tous les risques liés aux changements climatiques. Le processus permet d'analyser les options techniques, mais aussi de tenir compte du contexte réglementaire et de celui des intervenants externes dans la prise de décision.

Le système énergétique de demain

Nous commençons à constater des efforts mondiaux crédibles pour réduire les émissions au moyen d'approches plus larges de la technologie et des politiques nécessaires pour procurer de l'énergie à une population mondiale croissante, tout en atténuant les changements climatiques.

La réduction des émissions sera réalisée à l'échelle du système énergétique de la façon la plus appropriée pour chaque région ou compétence. Aucune solution unique ou simple ne permettra de relever ce défi. L'élimination graduelle du charbon jouera un grand rôle, tout comme les gains en efficacité énergétique et les technologies qui réduisent l'intensité carbonique dans tout le système énergétique, y compris la production et la consommation de pétrole.

Nous tenons compte des tendances générales suivantes dans le scénario de référence de nos perspectives énergétiques :

  • La croissance prévue de la population, le besoin croissant d'énergie dans les économies en développement et le désir d’avoir une meilleure qualité de vie. C'est pourquoi nous croyons que la demande mondiale en énergie augmentera régulièrement. Une grande part de cette augmentation devrait venir des pays en développement en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Afrique.
  • Nous nous attendons à ce que la tendance vers la dissociation de la croissance économique et des émissions de carbone se poursuive au fur et à mesure que les nouvelles technologies et l'énergie renouvelable changent fondamentalement la combinaison énergétique.
  • Les engagements nationaux en matière de réduction des émissions pris à Paris favoriseront la tarification du carbone et les cadres stratégiques complémentaires qui devraient accélérer la technologie visant l'efficacité énergétique et la réduction des émissions; ils encourageront aussi l'adoption à plus grande échelle d'autres sources d'énergie sobres en carbone.
  • Nous prévoyons que la demande en pétrole continuera d'augmenter jusqu'en 2040 en raison de la croissance de la population, de l'urbanisation et de la hausse du niveau de vie, mais le pourcentage de la consommation d'énergie mondiale représenté par le pétrole devrait diminuer.
  • Compte tenu des déclins naturels, simplement pour maintenir les niveaux de production actuels, sans parler de satisfaire à l'augmentation de la demande, il faudra investir dans une nouvelle production tirée des réserves mondiales de schiste, en eau profonde et de sables pétrolifères pour simplement – un défi de taille si l'on tient compte de la réduction des investissements en capital à cause de la baisse des prix des marchandises au cours des dernières années.
  • Nous nous attendons à ce que les coûts d'approvisionnement continuent d'être modérés par les efforts de l'industrie pour optimiser la production et investir dans les technologies.

Nous reconnaissons que les efforts déployés dans le monde pour atténuer les changements climatiques introduisent une certaine incertitude dans l'éventail de résultats pour le secteur de l'énergie. Outre nos points de vue sur le pétrole brut et les produits raffinés, nous utilisons trois scénarios futurs à long terme*, tous plausibles, et tous qui pourraient avoir des effets très différents sur notre environnement d'exploitation et notre stratégie commerciale.

Les indicateurs et les jalons sont surveillés afin de déterminer les changements cruciaux dans le contexte externe. Parmi les indicateurs, notons les changements dans la demande et l'offre énergétique mondiales, les indicateurs politiques et économiques, les tendances des données sur le climat et des politiques, ainsi que les progrès technologiques et les tendances des consommateurs.

Chaque scénario sous-entend une gamme de prix du brut et un impact de la réglementation en matière de changements climatiques. Deux des trois tiennent compte des aspirations mondiales actuelles, soit réduire les émissions de carbone; ce sont le contexte, le rythme et l'ampleur de leur réalisation qui distinguent les trois scénarios.

De ces scénarios, nous considérons que c'est celui de l'autonomie qui représente le mieux la technologie et le contexte politique essentiels pour atteindre l'objectif suivant : limiter les émissions cumulatives à « 450 ppm ». Suncor continue de tirer parti de son expérience pour considérer une résilience par rapport au scénario crédible d'une hausse de 2 °C.

Les trois scénarios indiquent que la résilience à long terme exige de réduire résolument les coûts et l'intensité carbonique dans toute la chaîne de valeur.

La haute direction et le conseil d'administration les étudient chaque année afin d'évaluer la solidité de l'entreprise et la stratégie de croissance, et de déterminer les orientations stratégiques. Ce processus continue d'être un précieux outil pour tester la sensibilité de notre entreprise à un certain nombre de dimensions clés, y compris le risque lié au climat.

Sommaires des scénarios*

Autonomie

Vue d'ensemble
Impact sur les marchés énergétiques
Impact prévu sur Suncor
  • L'avancement technologique et le changement sociétal rapides transformeront le paysage énergétique.
  • Virage du millénaire – accent sur le développement durable, la collaboration et l'urbanisation durable.
  • La baisse des coûts et l'amélioration de la fiabilité de l'énergie propre permettent aux pays en développement de contourner la grande infrastructure énergétique fondée sur les hydrocarbures.
  • Le gaz naturel est un carburant de transition pour la production d'électricité, mais après 2030, la génération d'électricité de plus en plus renouvelable alimente un système énergétique largement électrifié.
  • La mise au point de technologies d'avant-garde en matière de batteries soutient la croissance des véhicules électriques.
  • Le rôle géopolitique du pétrole diminue considérablement, ce qui contribue à une situation géopolitique généralement stable.
  • Économie stable et modérément forte.
  • Les industries à forte intensité carbonique font face à des coûts et à des exigences réglementaires élevés.
  • Aucun nouveau pipeline d'exportation n'est bâti hors de la région des sables pétrolifères de l'Athabasca.
  • Un approvisionnement en énergie abondant et rentable, combiné à la modération et plus tard au déclin de la demande, particulièrement dans le secteur du transport, fait en sorte que les prix du pétrole restent faibles à long terme.
  • L'exploration et la production pétrolières ralentissent au fur et à mesure que les investissements passent à d'autres secteurs, ce qui réduit, mais n'étrangle pas l'approvisionnement.
  • Chute rapide de l'approvisionnement à coût élevé.
  • Le pétrole est encore nécessaire et continue de satisfaire à une part importante des besoins énergétiques mondiaux.
  • Aucun actif existant n’est délaissé.
  • Les actifs à long terme continuent de produire, et financent leur propre capital de maintien ou les exigences modestes en matière de capital de croissance pour augmenter davantage la production.
  • Les nouveaux projets de croissance dans le secteur des sables pétrolifères sont remis en question et il est peu probable qu’ils aillent de l’avant.
  • Les sables pétrolifères continuent de fournir une base stable pour le dividende pendant qu'on examine des possibilités de croissance dans d'autres bassins de ressources.
  • Seules les raffineries du premier tiers restent rentables – le secteur Aval de Suncor maintient un accent sur des activités fiables, efficaces et à faible coût.

 

Rivalité

Vue d'ensemble
Impact sur les marchés énergétiques
Impact prévu sur Suncor
  • Amélioration du niveau de vie et plus grande richesse personnelle, particulièrement en Chine.
  • La plus grande utilisation de technologies de pointe accroît la demande en énergie.
  • La croissance de la population, l'urbanisation et l'expansion de la classe moyenne font augmenter la demande en énergie – un approvisionnement diversifié est nécessaire pour satisfaire la demande; forte concurrence entre les sources d'énergie pour une part du marché.
  • Transfert du pouvoir économique aux enfants du millénaire qui ont le désir et les moyens de gérer la pollution et les changements climatiques.
  • La situation géopolitique reste tendue et la solide croissance économique globale recentre l'influence mondiale.
  • Les progrès technologiques permettent d'accéder à de plus vastes réserves de pétrole et l'approvisionnement non classique croît.
  • Le gaz naturel et le GNL jouent un plus grand rôle dans le transport.
  • Robuste croissance de l’énergie renouvelable.
  • Les industries à forte intensité carbonique font face à des coûts élevés et à des normes rigoureuses.
  • Forte demande énergétique mondiale satisfaite par un approvisionnement diversifié.
  • Les produits raffinés continuent de dominer les carburants de transport, mais leur part de marché rétrécit au profit des carburants de remplacement.
  • Les normes relatives au rendement du carburant et l'innovation technologique modèrent la croissance de la demande en produits raffinés.
  • Il en coûte de plus en plus cher de produire du pétrole et du gaz naturel, et la tendance à la hausse des prix du pétrole se poursuit avec quelques ralentissements cycliques.
  • Aucun actif existant n’est délaissé.
  • Les prix élevés et l'accès aux marchés favorisent une solide croissance des sables pétrolifères et des investissements dans des techniques d'extraction améliorées.
  • Maintien de l'accent sur la réduction de l'empreinte carbonique grâce à des projets d'investissement, des avancées technologiques et des activités efficaces.
  • Le secteur Aval concurrentiel fournit un bon rendement et permet l'intégration physique du brut des sables pétrolifères.

 

Vertige

Vue d'ensemble
Impact sur les marchés énergétiques
Impact prévu sur Suncor
  • Poursuite des conflits et instabilité géopolitique.
  • Tendance internationale vers l'isolement et l'autoconservation; la sécurité énergétique est une grande préoccupation.
  • Instabilité économique, répartition de la richesse déséquilibrée et moins forte croissance du PNB dans l'ensemble.
  • La qualité de l'air et la congestion routière entraînent la fabrication de véhicules plus petits à plus haut rendement; une certaine adoption des véhicules électriques.
  • Les conditions météorologiques extrêmes mènent à de l’agitation sociale.
  • L'aversion des investisseurs aux risques et les marchés des capitaux restreints limitent les progrès technologiques et les projets nécessitant de grands investissements.
  • Les projets de pipeline sont restreints par les protestations des groupes d'intérêt et l'aversion des investisseurs pour les risques.
  • Marché énergétique instable caractérisé par l'expansion et la récession.
  • Les préoccupations économiques prennent le pas sur les progrès environnementaux et l'atténuation des changements climatiques.
  • Les combustibles fossiles demeurent la source principale d'énergie abordable et dominent l’offre énergétique mondiale.
  • Le prix du pétrole se rétablit par rapport aux niveaux actuels, mais fluctue considérablement en raison des changements rapides dans l'offre et la demande.
  • Le ralentissement de la croissance économique et des progrès technologiques limitent la plus grande utilisation des véhicules alimentés à l'électricité et aux carburants de remplacement; l’offre énergétique ne change pas de manière significative.
  • Le ralentissement de la croissance économique limite la croissance de la demande en énergie, en pétrole et en produits raffinés.
  • Aucun actif existant n’est délaissé.
  • Les actifs à long terme continuent de produire, et financent leur propre capital de maintien ou les exigences modestes en matière de capital de croissance pour augmenter davantage la production.
  • Les nouveaux projets de croissance dans le secteur des sables pétrolifères sont remis en question et il est peu probable qu’ils aillent de l’avant.
  • Les sables pétrolifères continuent de fournir une base stable pour le dividende pendant qu'on examine des possibilités de croissance dans d'autres bassins de ressources.
  • Seules les raffineries du premier tiers restent rentables – le secteur Aval de Suncor maintient un accent sur des activités fiables, efficaces et à faible coût.

* Nous avons utilisé trois scénarios définis par IHS Markit comme base pour l'élaboration des scénarios de Suncor. Les scénarios Autonomie, Rivalité et Vertige d'IHS Markit ont été modifiés pour s'adapter à nos circonstances et besoins uniques.

Sur cette page
Sur cette page
Lectures recommandées
Stratégie de résilience
Politique et réglementation sur le carbone
Notre point de vue et notre engagement