Rapport sur le développement durable 2019

Stratégie de résilience

Une stratégie d'entreprise pour un avenir énergétique en évolution

L’industrie pétrolière et gazière mondiale vit actuellement un ajustement structurel majeur largement attribuable à la technologie ayant ouvert la porte à un nouvel approvisionnement en pétrole, tel que le pétrole de schiste, et réduit la courbe des coûts de l’approvisionnement. Il est essentiel de cibler l'orientation de l'industrie et les principaux facteurs d'influence à court et long terme alors que l'industrie s'adapte afin d'en ressortir plus forte et plus agile.

Sables pétrolifères

Le secteur Sables pétrolifères de Suncor regroupe des actifs pétroliers non classiques. Notre perspective de l'avenir nous dit que c'est maintenant le moment de bien cibler notre avantage concurrentiel et de le mettre à profit.

Nous exploitons depuis plus de 50 ans les sables pétrolifères de l'Athabasca d'où nous tirons la plus grande partie de notre production. L’accès à une base de ressources de premier plan dans des gisements de la plus grande qualité dans la région des sables pétrolifères de l'Athabasca ainsi que des activités physiquement intégrées à grande échelle dans cette même région constituent un avantage stratégique. De plus, notre chaîne de valeur très intégrée nous permet de retirer la valeur totale de nos ressources.

En exploitant plusieurs grandes installations de mise en valeur des sables pétrolifères dans cette région, nous sommes en mesure de tirer parti de synergies entre ces installations liées à leur emplacement et à des facteurs logistiques, ce qui nous permet d'accroître l'efficacité et la fiabilité, et d'optimiser et de réduire l'impact environnemental, y compris les émissions de GES.

Depuis quelques années, nous avons augmenté la fiabilité de nos installations, ce qui s’est traduit par des charges opérationnelles décaissées pour les activités du secteur Sables pétrolifères qui sont passées de 39,05 $ par baril en 2011 à 25,25 $ par baril en 2018. Les conditions récentes du marché ont fourni des occasions de réunir une plus grande base de réserves de premier plan. Notre acquisition en 2018 d'une participation additionnelle de 5 % dans la coentreprise Syncrude a fait passer notre participation totale à près de 59 %. Cet investissement contracyclique augmente notre production à un coût très intéressant par baril de capacité de production par rapport à un nouveau projet de portée et de nature similaires.

Les conditions récentes du marché ont fourni des occasions de réunir une plus grande base de réserves de premier plan. Notre acquisition en 2018 d'une participation additionnelle de 5 % dans la coentreprise Syncrude a fait passer notre participation totale à près de 59 %. Cet investissement contracyclique augmente notre production à un coût très intéressant par baril de capacité de production par rapport à un nouveau projet de portée et de nature similaires.

Cette acquisition accroît notre exposition à la tarification du carbone. Cependant, l'augmentation de notre participation dans Syncrude nous donne l'occasion de mettre à profit notre relation avec un exploitant expérimenté en mettant en œuvre un programme technologique solide afin de faire progresser davantage l'efficacité énergétique à notre usine de base et aux installations de Syncrude.

Bien que souvent décrits comme étant le bassin pétrolier le plus vulnérable à un scénario de faible demande en pétrole, nos actifs présentent paradoxalement, grâce à leur très longue durée d'exploitation et à leur faible taux de déclin, un avantage de taille en cas de baisse de la demande ou du prix du pétrole brut. Notre base de réserves de longue durée affiche de faibles coûts de découverte et d'exploration et présente un risque minimal à cet égard. En raison de leur nature, ces ressources exigent des investissements considérables au départ pour développer un projet, mais une fois l'infrastructure initiale en place, le gisement peut être mis en valeur graduellement pendant une longue période, sans risque associé à l'exploration et sans les capitaux élevés exigés par un nouveau projet. Les installations du secteur des sables pétrolifères ressemblent davantage à des usines de fabrication. Une fois en service, elles sont conçues pour durer 40 ans et plus à un taux de production régulier. Comme la production n'atteint pas rapidement un sommet suivi d'un déclin, chaque nouvelle expansion additionnelle contribue à sa croissance. Une fois l es coûts d'immobilisations initiaux élevés amortis, une installation peut continuer de fonctionner avec de faibles coûts d'exploitation et un faible capital de maintien, et ce, tout en continuant à évaluer les occasions d'efficacité énergétique. Ces caractéristiques se traduisent par une occasion unique de faire avancer les technologies pour réduire les émissions compte tenu de la concentration d'actifs dans le bassin.

Les carburants de transport dans un avenir où le carbone sera réglementé

Nous prévoyons que notre production de brut en amont continuera d'approvisionner les marchés mondiaux. De leur côté, nos activités de raffinage et de commercialisation en aval seront plus susceptibles de subir les effets de la dynamique de l’offre et de la demande de produits raffinés en Amérique du Nord.

Tous les paliers de gouvernement au Canada cherchent à diversifier les parcs de véhicules de transport pour utiliser des carburants plus sobres en carbone et, par conséquent, on s'attend à ce que les besoins de ravitaillement pour le transport évoluent au fil du temps. La réduction des émissions de GES du secteur du transport est sans doute l'un des plus grands enjeux puisque le transport est essentiel à la productivité économique et que les carburants pétroliers liquides sont disponibles à un coût relativement bas et à une forte densité énergétique.

Nous nous attendons à ce que la demande d'essence ralentisse au cours des 10 prochaines années alors que les normes de rendement du carburant pour les véhicules légers entreront en vigueur et que les carburants de remplacement seront davantage utilisés. Nous ne prévoyons aucun effondrement de la demande de distillats à court terme en Amérique du Nord. Nous croyons que le diesel restera à plus long terme le carburant prédominant pour les camions de transport lourd, les avions, les navires et le transport ferroviaire, et nous entrevoyons une hausse de la demande compte tenu d’une activité économique accrue. Les normes de rendement du carburant pour les véhicules lourds et le mélange de biodiesel devraient neutraliser une partie de la croissance de la demande favorisée par la croissance économique.

Des pas de géants ont été faits jusqu'à maintenant sur le plan du rendement du carburant grâce à une réglementation ambitieuse et à l'adoption par les consommateurs de véhicule légers plus efficaces. Entre 2000 et 2010, les émissions associées au parc de véhicules au Canada sont passées de 193 g/km à 166 g d’équivalent CO2/km, soit une baisse de 14 %. Avec le remplacement du parc de véhicules au cours de la prochaine décennie, la moyenne des émissions devrait atteindre 97 g d’équivalent CO2/km d'ici 20251. Bien que l’avenue qu’emprunteront les États-Unis quant aux normes de rendement des véhicules demeure incertaine, il est techniquement possible de satisfaire à des normes encore plus rigoureuses. Grâce aux progrès technologiques réalisés du côté du moteur et de la chaîne dynamique et à la mise au point et à l'utilisation de matériaux plus légers, en se fondant sur la consommation de carburant par kilomètre parcouru, nous croyons que le moteur à combustion interne de l'avenir sera concurrentiel non seulement sur le plan des coûts, mais également sur le plan de l'intensité carbonique par rapport aux carburants de remplacement.

À notre avis, les véhicules hybrides, hybrides enfichables et électriques deviendront rentables comme véhicules de promenade et contribueront, avec les normes relatives au rendement du carburant, à modérer la croissance de la demande mondiale d'essence à long terme. Nous croyons que les carburants liquides resteront la principale source de carburant pour les véhicules pendant de nombreuses années en raison de leur coût, de leur compétitivité sur le plan du carbone, de leur utilité pour les consommateurs et du fait que ces derniers les connaissent bien.

Sans égard à l'environnement politique externe, Suncor prend les mesures pour réduire l'intensité des émissions des carburants liquides de plusieurs façons. Une de ces façons est notamment au moyen de mélanges de biocarburants. Suncor possède et exploite la plus grande usine d'éthanol au Canada, qui lui fournit l'éthanol qu'elle mélange à son essence. Les carburants de l'avenir pour les camions de transport lourd, l'aviation et les navires exigeront des mélanges de biocarburants avancés. Nous évaluons des activités d’optimisation à notre usine d’éthanol de St. Clair afin d'accroître la qualité de nos produits et développer de l'éthanol plus sobre en carbone. Nous augmentons la teneur en biocomposants de notre diesel et de notre essence.

Suncor surveille également les technologies développées par des parties externes pour déterminer s'il est opportun d'investir dans la technologie pour l'adapter à nos activités. En 2019, nous avons investi dans Enerkem qui fabrique des biocarburants et des produits chimiques renouvelables à partir de déchets non recyclables. En plus d'un investissement financier, certains employés de Suncor ont été détachés à l'installation d'Enerkem à Edmonton. Nous avons aussi continué d'investir dans des entreprises du secteur des technologies des biocarburants, comme LanzaTech.

En continuant de réduire l'intensité des émissions de nos carburants liquides, nous faisons évoluer et élargissons notre offre actuelle pour répondre à la demande croissante des clients. Par l'entremise de notre marque Petro-Canada, nous avons annoncé en 2019 la mise en œuvre d'un réseau pancanadien de bornes de recharge rapide de véhicules électriques dans plus 50 stations-service Petro-Canada. Ces établissements proposeront des options universelles de recharge de divers véhicules électriques et offriront une expérience qui dépassera la norme actuelle au Canada. Nous avons investi dans des bornes de recharge rapide de niveau trois, une technologie qui amènera d'importants changements, dépassera les besoins actuels et permettra de satisfaire aux exigences futures en matière de recharge au Canada. Cette initiative emballante nous permet d'en apprendre davantage sur ce marché émergent, alors que nous continuons d'évaluer les options et de répondre aux besoins changeants de nos clients.

Production de pétrole extracôtière

Suncor a des intérêts dans chaque grand projet de mise en valeur au large de la côte Est du Canada. Suncor exploite Terra Nova et détient une participation dans les projets Hibernia, White Rose et Hebron. Nous sommes un partenaire non exploitant des gisements Buzzard et Golden Eagle en mer du Nord britannique et nous avons élargi nos options dans cette région en acquérant une participation dans Rosebank, un projet à l'étape préalable à l'exploitation. Nous avons aussi acquis récemment une participation dans le champ Fenja en mer de Norvège. Sous réserve d'une gestion diligente du méthane produit, le pétrole brut extracôtier figure généralement parmi les sources de brut les plus sobres en carbone dans le monde.

Production d'énergie sobre en carbone et renouvelable

Nos scénarios en matière d'énergie indiquent que l'une des principales filières du système énergétique plus sobre en carbone est d'accroître considérablement la cogénération et la capacité de production d'énergie renouvelable, puis d'électrifier un plus grand pourcentage du système énergétique.

Suncor a commencé à produire de l'énergie renouvelable en 2002. Depuis, nous avons développé huit projets éoliens totalisant 395 MW. Aujourd'hui, nous sommes partenaires dans quatre parcs éoliens en exploitation représentant une capacité de production de 111 MW. En mettant en œuvre de nouveaux projets d'énergie renouvelable et en vendant ensuite sa participation directe, Suncor est en mesure de générer un rendement du capital investi et des flux de trésorerie pour permettre la mise en œuvre de projets d'énergie renouvelable. Suncor dispose d'un solide portefeuille d'installations de production d'énergie renouvelable à l'échelle du Canada qui permettra de réduire encore davantage l'intensité carbonique du réseau électrique dans des régions comme l'Alberta et la Saskatchewan où le réseau électrique affiche une intensité carbonique élevée.

Nous étudions aussi la possibilité de développer notre première installation photovoltaïque solaire à échelle industrielle en Alberta pour complémenter notre expérience dans le développement, la construction et l'exploitation de projets d'énergie éolienne. Dans le cadre de notre évaluation des investissements, nous évaluons les avantages économiques, environnementaux et sociaux, notamment les partenariats avec des communautés autochtones dans des projets d'énergie renouvelable. Cette activité génère également des droits d'émissions pouvant servir à compenser les émissions de nos activités dans le secteur des sables pétrolifères.

La nécessité d'utiliser de la vapeur aux installations d'extraction, de traitement et de raffinage du pétrole brut crée la possibilité de cogénération à haut rendement qui fournit de la vapeur et de l'électricité à nos installations et achemine le surplus d'électricité au réseau, à une intensité carbonique inférieure à celle de toute autre production à base d'hydrocarbures. La cogénération a une grande valeur pour un système énergétique en transition, car en plus de fournir une source fiable d'électricité de base à faibles coûts pour gérer le caractère intermittent de l'énergie éolienne et solaire, elle peut remplacer de manière rentable l'électricité produite au charbon par de l'électricité beaucoup plus sobre en carbone. Suncor, qui dispose actuellement d'unités de cogénération à son usine de base des sables pétrolifères, à Firebag et à Fort Hills, exporte l'électricité excédentaire sobre en carbone produite par ces unités au réseau provincial.

Grâce à sa capacité de production d'énergie renouvelable et de cogénération, Suncor fournit environ 900 MW à ses propres installations et exporte approximativement 400 MW vers le réseau électrique de l'Alberta.

Au fur et à mesure qu'on applique une réglementation sur les changements climatiques dans différentes régions, l'énergie renouvelable profite d'une plus grande expansion, ce qui peut améliorer la technologie, l'efficacité et les facteurs économiques. Doter les parcs éoliens et solaires de batteries de stockage afin d'optimiser l'intégration de l'installation au réseau électrique pourrait améliorer encore davantage l'efficacité. Un facteur favorable sera une conception du marché qui facilite une interaction dynamique entre une source d'électricité renouvelable, mais intermittente, et des sources d'électricité de base comme la cogénération.

En 2017, nous avons entamé le processus réglementaire pour potentiellement remplacer les chaudières au coke par deux unités de cogénération2 à notre usine de base des sables pétrolifères. En plus de fournir la vapeur nécessaire au fonctionnement de l'installation, les unités de cogénération pourraient exporter 800 MW d'électricité de plus vers le réseau provincial, soit l’équivalent d'environ 7 % de la demande actuelle d'électricité en Alberta. Si le projet devait se réaliser comme prévu, la construction devrait commencer en 2020 et la mise en service des unités de cogénération devrait avoir lieu d'ici 2023.

Mobilisation de notre chaîne d'approvisionnement

Suncor intègre aussi de façon plus dynamique le développement durable dans sa chaîne d'approvisionnement. Par l'entremise de notre Code des normes de pratiques commerciales des fournisseurs, nous nous attendons à ce que nos associés commerciaux s'alignent sur notre approche en matière de développement durable et à ce que nous collaborions pour trouver des moyens de réduire les impacts environnementaux, de soutenir les collectivités où nous travaillons et de contribuer tous ensemble à la croissance économique. À cette fin, nous avons pris des mesures supplémentaires pour mobiliser nos fournisseurs à l'égard de leur rendement en matière de développement durable, notamment :

  • en cernant les occasions et les risques liés au développement durable dans notre chaîne d'approvisionnement
  • en établissant des relations de collaboration avec les homologues et les fournisseurs
  • en intégrant le développement durable à la gestion de la chaîne d'approvisionnement et aux activités dans les marchés, et à la culture de logistique sur le terrain

Notre première de quatre étapes consistait à examiner les codes de conduite, les réponses au CDP et les rapports sur le développement durable de nos fournisseurs. Nous avons évalué la performance des fournisseurs auprès desquels nous dépensons un montant se situant dans la portion correspondant à plus de 50 % de nos dépenses annuelles. Cette évaluation nous a permis de constater que 90 % de ces fournisseurs produisent des rapports publics sur le développement durable, et que 42 % font des rapports au CDP.

Nous avons aussi organisé des réunions avec les fournisseurs stratégiques au cours desquelles nous avons partagé les objectifs de développement durable et la façon dont les entreprises peuvent collaborer pour permettre une amélioration continue. Ces réunions ont entraîné de nouvelles questions de préqualification qui intègrent de multiples facteurs de développement durable, notamment la performance en matière de GES et l'établissement d'objectifs.

Pour les demandes de proposition précises, nous rédigeons la prochaine version de notre questionnaire sur les suppléments de développement durable pour tous les fournisseurs potentiels qui répondent aux demandes de proposition de Suncor. Ce nouveau questionnaire devrait être lancé plus tard en 2019.

Enfin, comme nous savons que les relations de collaboration nous aideront à faire avancer l’approche en matière d’approvisionnement durable, nous planifions actuellement la tenue d'un forum sur le développement durable de la chaîne d'approvisionnement avec les fournisseurs de produits et de services au cours du quatrième trimestre de 2019. Ce travail nous permettra d'explorer davantage les occasions avec les partenaires actuels et potentiels et de créer plus d'occasions d'impact environnemental et social au sein de Suncor et sur le marché.


1 pollutionprobe.org/pathways-initiative

2 Ce projet n'a pas été approuvé et est assujetti à la précision de la politique sur le climat.

Sur cette page
Sur cette page
Lectures recommandées
Politique et réglementation sur le carbone
Notre point de vue et notre engagement
Performance en matière de GES