Rapport sur le développement durable 2018

Performance en matière d'eau et gérance des ressources en eau

Utilisation d'eau douce et intensité de cette utilisation à Suncor

À Suncor, l'eau est essentielle à nos activités – et nous savons qu'il s'agit d'une ressource précieuse que nous partageons avec les collectivités où nous menons nos activités. Notre utilisation de l'eau est guidée par nos principes de gérance de l'eau qui mettent l'accent sur :

  • la conservation de l'eau
  • la réutilisation et le recyclage
  • le retour d'eau propre au bassin versant

Et nous demeurons fidèles à notre engagement à l'égard de la gérance de l'eau. En 2017, notre consommation d'eau douce a été de 22,3 millions de m3 – notre plus faible utilisation d'eau en près de 20 ans. La diminution de la consommation d'eau est principalement attribuable à la vente de notre secteur des Lubrifiants, un important consommateur d'eau douce, au début de 2017 et à l'optimisation des taux de recyclage des eaux usées à notre usine de base des sables pétrolifères.

* La réduction de la consommation d'eau douce à l'usine de base du secteur Sables pétrolifères en 2017 est attribuable à l’accent mis sur l’optimisation du recyclage des eaux usées. Cela comprenait les modifications et les améliorations apportées à notre système de traitement des eaux usées industrielles mis en service en 2017. La consommation d'eau douce en 2016 s'est accrue en raison des feux de forêt qui ont eu une incidence sur les taux de recyclage des eaux usées industrielles et de l'arrêt non planifié à l'usine de valorisation 2 en 2016 qui s'est également prolongé de plus d'un mois en raison des feux de forêt.
La consommation d'eau douce du secteur Raffinage et approvisionnement a diminué en 2017 en raison de la vente de notre division des Lubrifiants. Suncor exploitait précédemment une division de lubrifiants à Mississauga en Ontario, qui a été vendue le 1er février 2017. Les données sur la performance de 2017 reflètent cette vente.
La somme des volumes de la consommation d'eau douce du secteur d'exploitation ne correspond pas au volume total de Suncor compte tenu du transfert d'eau usée traitée des activités de base du secteur Sables pétrolifères à l'installation in situ de Firebag. Ce volume est également déduit du volume total de Suncor pour éviter la double comptabilisation.
§ Pour consulter des renseignements supplémentaires au sujet de ce graphique et des données, veuillez consulter les notes (note 8 sur la consommation et le retour de l'eau).

L'intensité d'utilisation d'eau douce de Suncor pour son usine de base des sables pétrolifères est également la plus faible jamais enregistrée à 0,8 m3/m3.

Nous continuons d'investir dans la recherche et le développement sur le traitement des eaux, notamment :

  • dans le cadre d'une collaboration de l'industrie
  • en participant à des recherches universitaires
  • en pilotant des projets à nos installations

Suncor s'est engagée à mettre en valeur les sables pétrolifères de façon responsable. La façon dont nous gérons l'eau est critique pour nous en tant qu'entreprise, pour les communautés autochtones voisines et pour nos parties intéressées – cela est également crucial pour notre vision et nos engagements visant l'accélération de la remise en état et de la fermeture des mines.

Nous avons l'intention de prolonger notre engagement à gérer les ressources en eau en établissant un nouvel objectif à long terme de gestion de l'eau. Celui-ci s'appuiera sur notre objectif précédent de gestion de l'eau, sur le succès de notre stratégie de gestion de l'eau et sur les commentaires reçus des collectivités autochtones. Nous prévoyons que le nouvel objectif tiendra compte de nos besoins en eau et de la nécessité de préserver des bassins versants sains et propres.

Points saillants de la performance en matière d'eau

Exploitation minière et extraction

L'exploitation minière des sables pétrolifères nécessite de l'eau réchauffée pour séparer le bitume du sable et de l'argile. Le sable nettoyé et l'eau sont ensuite envoyés dans des bassins de résidus, où le sable se dépose et l'eau est recyclée vers le processus d'extraction.

La réduction de l'utilisation d'eau douce à notre usine de base des sables pétrolifères au cours des dernières années est attribuable à l’accent mis sur l’optimisation du recyclage des eaux usées et leur retour dans l’environnement. Environ 92 % de l'eau utilisée par nos installations minières et d'extraction en 2017 était de l'eau résiduelle recyclée.

La principale source d'eau d'appoint est la rivière Athabasca. En 2017, nous avons prélevé environ 15,9 millions de m3 d'eau de la rivière Athabasca et remis 1,7 million de m3 d'eau traitée dans cette rivière.

Notre usine de base des sables pétrolifères détient un permis qui l'autorise à prélever 59,8 millions de m3 d'eau chaque année de l'Athabasca, soit environ 0,3 % du débit moyen annuel de la rivière. Nous continuons de fonctionner bien en deçà des limites de notre permis d'utilisation d'eau, prélevant moins d'eau que notre permis ne l'autorise, même avec la hausse de nos niveaux de production.

Reconnaissant notre rôle en tant qu'intendant d'une ressource naturelle précieuse, nous avons développé une stratégie de gestion de l'eau qui repose sur un équilibre entre trois éléments :

  1. Réduire le prélèvement d'eau douce en optimisant nos pratiques de prélèvement d'eau
  2. Recycler et réutiliser l'eau dans nos opérations
  3. Retourner de façon sécuritaire et responsable de l'eau traitée dans l'environnement
La réduction de la consommation d'eau douce à l'usine de base du secteur Sables pétrolifères en 2017 est attribuable à l’accent mis sur l’optimisation du recyclage des eaux usées. Cela comprenait les modifications et les améliorations apportées à notre système de traitement des eaux usées industrielles mis en service en 2017. La consommation d'eau douce en 2016 s'est accrue en raison des feux de forêt qui ont eu une incidence sur les taux de recyclage des eaux usées industrielles et de l'arrêt non planifié à l'usine de valorisation 2 en 2016 qui s'est également prolongé de plus d'un mois en raison des feux de forêt.
La consommation d'eau douce du secteur Raffinage et approvisionnement a diminué en 2017 en raison de la vente de notre division des Lubrifiants. Suncor exploitait précédemment une division de lubrifiants à Mississauga en Ontario, qui a été vendue le 1er février 2017. Les données sur la performance de 2017 reflètent cette vente.
§ Pour consulter des renseignements supplémentaires au sujet de ce graphique et des données, veuillez consulter les notes (note 8 sur la consommation et le retour de l'eau).

Réutilisation directe d'eau résiduelle

La première phase importante de notre stratégie de gestion de l'eau dans le secteur des sables pétrolifères comporte le transfert de l'eau résiduelle traitée de notre usine de base des sables pétrolifères à notre réseau d'eau servant à l'exploitation in situ. Là-bas, l'eau résiduelle sert d'approvisionnement en eau d'appoint. Le résultat est un système qui permet que quelque 10 000 m3 (soit l’équivalent de quatre piscines olympiques) d'eau résiduelle par jour soient utilisés comme eau d'appoint plutôt que d'être stockés dans nos bassins de résidus. Depuis 2010, nous avons réutilisé 10,7 millions de m3 d'eau résiduelle dans le cadre de nos activités d’exploitation in situ.

Recyclage/retour dans l'environnement des eaux usées industrielles

En 2014, nous avons mis en service une nouvelle usine pour traiter des eaux usées provenant de nos bassins de valorisation afin d'en retirer les matières solides et les huiles, de façon à pouvoir réutiliser cette eau dans nos activités ou la retourner dans l'environnement.

Cette usine peut recycler toutes ses eaux usées – 15,8 millions de m3/année (soit l’équivalent de 17 piscines olympiques par jour) et en définitive, pourrait réduire les besoins en eau prélevée dans la rivière d'une quantité équivalente.

Dans le cadre de notre plan de fermeture de mines, nous étudions actuellement des moyens de retourner de l'eau résiduelle traitée dans l'environnement. Nous menons un essai pilote de ces procédés à notre lac de kettle de démonstration au moyen d'un système en boucle fermée qui nous permet de conserver le contrôle sur l’eau pendant plusieurs années. Lorsque ces procédés répondront aux exigences de la réglementation en vigueur et auront obtenu l’approbation du gouvernement, l'eau du lac de kettle de démonstration devrait pouvoir être retournée naturellement dans l'environnement.

Le lac de kettle de démonstration fait partie de notre programme de développement de technologie de clôture aquatique conçu pour assurer que nous pouvons remettre les sites miniers en état avec succès. Le projet de lac de kettle de démonstration incorpore le procédé de traitement des résidus fluides dit structure d'entreposage aquatique permanente (PASS) comme première étape pour accélérer le processus d'établissement d'un lac capable de soutenir un écosystème aquatique complet. Une couverture aquatique sera ensuite établie sur les résidus traités et on utilisera le même procédé que celui prévu dans le cadre du système de drainage de fermeture à grande échelle.

Les lacs de kettle sont un élément nécessaire des plans de fermeture et de remise en état réussis et sont considérés comme une pratique exemplaire dans l’industrie minière partout dans le monde. Il existe un certain nombre de lacs de kettle en Alberta créés à partir d'anciennes mines de charbon à ciel ouvert qui sont maintenant utilisés pour la pêche récréative et la baignade et qui continuent d'être colonisés naturellement par les poissons et de servir de lieu de rassemblement pour les oiseaux migratoires. La recherche et la compréhension additionnelles dérivées de ce travail devraient aider à assurer que les lacs de kettle demeurent des caractéristiques viables du paysage de fermeture.

Fort Hills

Nous avons un permis distinct qui nous autorise à prélever jusqu’à 39,3 millions de m3 d’eau annuellement pour le projet Fort Hills. Ensemble, les autorisations pour l’usine de base et Fort Hills représentent environ 0,5 % du débit moyen annuel de la rivière Athabasca.

À mesure que nous comprenons mieux notre utilisation d'eau et l'intensité de cette utilisation pour les opérations à Fort Hills, nous continuerons d’explorer des occasions de réduire davantage notre utilisation d’eau.

Exploitation in situ

Nos installations d'exploitation in situ utilisent de l'eau pour produire de la vapeur à haute pression que l'on injecte dans des puits afin de réchauffer le bitume enfoui. Ce procédé rend le bitume moins visqueux, ce qui permet de le pomper vers la surface. La majeure partie de la vapeur se condense dans le gisement puis remonte à la surface avec le bitume. Cette eau est ensuite séparée, traitée puis recyclée.

Environ 96,5 % de l’eau utilisée à notre installation in situ Firebag est recyclée. L'eau d'appoint provient des eaux usées recyclées de nos installations de valorisation des sables pétrolifères et de nos opérations de services aux puits, d'eau de ruissellement collectée à l'intérieur des limites de l'installation et de puits d'eau souterraine.

À notre installation in situ MacKay River (où près de 100 % de l'eau est recyclée), la majeure partie de l'eau d'appoint est d'origine souterraine. Il est important de faire remarquer que la plus grande partie de cette eau a une teneur trop élevée en sel et en minéraux pour être utilisée comme eau potable ou pour l'agriculture.

Au cours des cinq dernières années, l'intensité d'utilisation d'eau douce à nos installations in situ a diminué de plus de 69 %, surtout en raison de nos efforts d'amélioration continue – comme le recyclage des eaux usées – pour maintenir la consommation d'eau douce tout en triplant notre production. L'intensité de la consommation d'eau des installations d'exploitation in situ de Suncor est de 0,09 m3/m3.

À mesure que Suncor continue de mener et d'innover, nous partagerons les leçons apprises et les technologies avec nos pairs de l'industrie par l'intermédiaire de la Canada’s Oil Sands Initiative Alliance (COSIA). Ce faisant, nous sommes persuadés de pouvoir réduire l'empreinte opérationnelle régionale et de mieux protéger les ressources en eau.

Un exemple de cela est le centre de technologie de gestion de l'eau (WTDC). Devant ouvrir ses portes plus tard cette année, le WTDC de 165 millions de dollars sera attenant à notre installation in situ Firebag, qui utilise le drainage par gravité au moyen de vapeur (DGMV). Une fois la construction achevée, Suncor et ses partenaires de la COSIA pourront faire l'essai d'un plus grand nombre de technologies qu'ils ne le pourraient chacun de leur côté, tout en partageant les risques et les coûts. Cela est un autre exemple de collaboration dans le cadre la COSIA, qui permettra aux exploitants d'accélérer le développement et la mise en œuvre de nouvelles technologies de traitement des eaux, ce qui en définitive raccourcira le délai actuel de huit ans requis pour tester les technologies sur le terrain et les mener à une application commerciale.

Secteur Aval

Nos quatre raffineries utilisent de l'eau douce pour le chauffage et le refroidissement. Tandis que la consommation d'eau est restée relativement stable, des initiatives locales ont entraîné une utilisation plus efficace de l'eau. Par exemple, à notre raffinerie d'Edmonton, environ le tiers du total de l'eau prélevée en 2017 était des eaux usées recyclées provenant de l'usine de traitement des eaux usées de Gold Bar – d'où une réduction considérable de la quantité d'eau douce prélevée de la rivière Saskatchewan Nord.

L'utilisation d'eau et l'intensité d'utilisation d'eau à nos installations de raffinage et d'approvisionnement ont été plus faibles, surtout en raison de la vente de notre secteur des Lubrifiants en février 2017.

Côte Est du Canada

Dans le cadre de nos activités extracôtières, notre utilisation d'eau douce se limite à celle dont nous avons besoin pour la cuisine, la consommation, les installations sanitaires et les autres usages domestiques. L'eau utilisée dans le cadre de nos activités sur la côte Est du Canada est soit produite au large par désalinisation, soit transférée par navire de St. John's, à Terre-Neuve, vers notre installation.

Sur cette page
Sur cette page
Lectures recommandées
Objectifs de développement durable
Données sur la performance
COSIA