Rapport sur le développement durable 2018

Remise en état

La qualité des terrains et leur utilisation demeurent une priorité tout au long du cycle de vie d'un projet, de la planification du projet à sa clôture et à la remise en état.

La remise en état commence dès que le terrain perturbé n’est plus activement exploité; cela comprend les sites d’exploitation minière et les bassins de résidus, les routes, les installations et les édifices, les puits et les pipelines. Notre défi consiste à réduire la taille et la durée de notre empreinte afin de préserver la biodiversité et d’assurer le bon fonctionnement des écosystèmes naturels à proximité.

Après la fin de la production d'un gisement de pétrole ou de gaz, les lois exigent que l'exploitant procède au déclassement du site et à sa remise en état.

Depuis le début des activités de Suncor en 1967, nous avons perturbé 22 205 hectares de terrain dans la région de l'Athabasca (région des activités de base de la mise en valeur des sables pétrolifères). À  la  fin  de  2017,  nous  avions  remis  en  état* environ 10 % de la superficie totale touchée à ce jour, incluant 2 179 hectares de terrains remis en état et 48 hectares de milieux humides et aquatiques remis en état.

La remise en état comprend ce qui suit :

  • Création des formes de terrain et des tracés – pour toutes les zones de terrain perturbées, il faut créer des formes de terrain et des tracés afin de permettre l'établissement d'une forêt boréale autosuffisante qui s'intègre aux autres formes de terrain remis en état et aux aires naturelles adjacentes. Une des principales caractéristiques des terrains remis en état sera l'établissement de nouvelles voies d'écoulement des eaux de surface (c.-à-d. des éléments de drainage associés à la clôture) qui amèneront les précipitations directes à s'écouler à travers le terrain remis en état. Un contrôle adéquat de l'érosion permettra d'atteindre une stabilité des formes de terrain, généralement par le biais d'une revégétation bien établie qui a atteint sa maturité.
  • Dépôt de la terre remise en état et revégétation – l'établissement d'une communauté de plantes indigènes autosuffisante est un point de référence de la réussite de la remise en état, notamment en contrôlant les espèces végétales envahissantes et les mauvaises herbes nuisibles.
  • Suivi de la remise en état – après la remise en état, la performance des formes de terrain fait l'objet d'un suivi et d'une évaluation, notamment en ce qui a trait à la qualité et la quantité des sols, la performance de la végétation (c.-à-d. la densité, la hauteur, la productivité, la diversité des plantes, etc.) et l'activité de la faune. Des mesures d’atténuation (p. ex., réparations liées à l’érosion, gestion des mauvaises herbes, plantation supplémentaire) sont prises, au besoin.
Les terrains perturbés représentent le total de l'empreinte active des activités à notre usine de base, comprenant les hectares (ha) cumulatifs pour les terrains défrichés, perturbés, prêts à être remis en état, les sols en place et remis en état de façon permanente. La zone déclarée comme terrains remis en état est un sous-ensemble de l’empreinte active totale et la zone de terrains non remis en état dans le secteur Sables pétrolifères représentait 19 977 ha pour l’année de déclaration 2017. Pour plus de détails sur la définition de remise en état, voir les Mises en garde.
Pour consulter des renseignements supplémentaires au sujet de ce graphique et des données, veuillez consulter les notes (note 10 sur la perturbation des terrains et la remise en état).

Processus de remise en état à phases multiples de Suncor

Élaborer des plans de remise en état et de clôture des zones minières

Avant de mettre en valeur une nouvelle mine, nous élaborons un plan de conservation, de remise en état et de fermeture qui détermine la façon dont les terrains perturbés seront remis en état et le moment de la remise en état. Nous impliquons les principaux intervenants et nous les consultons tout au long de l'élaboration de nos plans. Nous élaborons aussi des plans de conservation, de remise en état et de fermeture des zones perturbées par nos activités in situ.

Le gouvernement de l’Alberta doit autoriser les plans de remise en état de tous les nouveaux projets.

L'exploitation minière dans le cadre de la mise en valeur des sables pétrolifères nécessite de creuser à une profondeur allant jusqu’à 80 mètres sous la surface, ce qui crée un puits minier qui est généralement rempli de mort-terrain et (ou) de résidus du procédé d'extraction. Avant le début de l'exploitation minière, la terre et le mort-terrain qui recouvrent le dépôt de sables pétrolifères sont récupérés. La terre est utilisée dès que la zone est prête à être remise en état, ou bien stockée pour utilisation ultérieure.

Auparavant, il pouvait s'écouler de nombreuses années entre l’enlèvement de la terre et du mort-terrain et le début de la remise en état. Nous cherchons à réduire ce délai afin que les terrains redeviennent accessibles peu de temps après leur perturbation grâce à ce qu'on appelle la remise en état progressive. Par exemple, règle générale, les zones de stockage du mort-terrain sont remises en état immédiatement après leur création.

Dans le cas des bassins de résidus, le processus de clôture et la remise en état sont composés de deux volets distincts :

  • la transformation des bassins de résidus en sols fermes pouvant être remis en état sous forme de relief de fermeture stable
  • l’établissement d’un écosystème autosuffisant après avoir remis la terre et planté des arbres et des arbustes afin de répondre aux besoins de la faune locale

Collaborer aux technologies liées aux résidus

À titre d’entreprise engagée à accélérer les améliorations en matière de performance environnementale, Suncor a partagé des détails sur ses travaux de gestion des résidus avec d’autres entreprises membres de la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA). En retour, nous avons obtenu l’accès aux technologies de gestion des bassins de résidus utilisées par d’autres entreprises membres.

En partageant des recherches, des expériences, de l’expertise et des engagements financiers, nous sommes en mesure de mettre à l’étude plus rapidement de nouvelles technologies. Nous espérons que ce partage des ressources améliorera grandement la gestion des résidus et la remise en état dès aujourd’hui et dans les futurs sites d’exploitation minière des sables pétrolifères.

Remettre en état les terres en écosystème autosuffisant de la forêt boréale

Lorsqu'un terrain est jugé « prêt à la remise en état » et qu'il n'est plus activement exploité, le processus final de création des formes de terrain et des tracés peut débuter. Les éléments de drainage associés à la clôture sont construits et la terre remise en place. Des variations au relief et des caractéristiques de l'habitat faunique sont ajoutées pour favoriser la biodiversité dans la forme de terrain finale.

Des semis d’arbres, d’arbustes et de plantes aquatiques d'origine locale sont plantés et le sol est fertilisé directement aux racines des semis afin de favoriser la croissance des jeunes plants au cours des premières années. Les zones remises en état sont surveillées afin de s’assurer que la nouvelle forêt, les nouveaux lacs et milieux humides évoluent en un écosystème sain et autosuffisant.

On observe maintenant que de jeunes pousses de conifères prennent racine sous les arbres adultes dans les zones plantées dans les années 1980, ce qui constitue un signe positif de régénération dans un écosystème forestier sain. Un autre indicateur de réussite est le retour croissant des animaux sauvages sur les zones remises en état. On dénombre notamment les espèces suivantes dans nos zones remises en état :

  • des espèces aviaires, incluant la sarcelle d’hiver, le grèbe esclavon, la paruline masquée et le moucherolle tchébec
  • le coyote
  • le loup gris
  • le renard roux
  • le cerf mulet et le cerf de Virginie
  • le lièvre d’Amérique
  • l’orignal
  • des amphibiens, dont le crapaud du Canada
  • le rat musqué
  • la loutre
  • le castor
  • le lynx
Image d'un loup gris captée dans le cadre du programme de surveillance photographique qui permet de recueillir des données de surveillance tout au long de l'année sur les espèces sauvages terrestres à Firebag.

Progrès en matière de remise en état des terrains en 2017

Suncor a remis en état des zones de résidus sablonneux et de mort-terrain dans les mines Millennium et Steepbank en finalisant la configuration des formes de terrain et la mise en place de la terre dans ces zones.En 2017, plus de 400 000 arbres et arbustes ont été plantés, portant le nombre total d'arbres et d'arbustes plantés depuis 1976 à environ huit millions.

Suncor continue d'évoluer en ce qui a trait à la gestion des résidus et à la remise en état des terrains qui ne sont plus activement exploités. Cela inclut l’installation d’une couverture de coke sur les résidus composites en cours au Bassin 5 et la mise en œuvre de la méthode de traitement au moyen de la Structure permanente d'entreposage aquatique (PASS) en 2018.

Certification des terres remises en état : un enjeu complexe

Certains se demandent pourquoi si peu de terrains perturbés par l'industrie des sables pétrolifères ont été certifiés remis en état par l'organisme de réglementation. Pour l'organisme de réglementation et les parties intéressées, il doit être démontré que les terrains remis en état sont en voie de clôture finale; cela s’applique à nos activités dans la région de Wood Buffalo, un écosystème autosuffisant de la forêt boréale commune locale. On compte plusieurs points d'appréciation tout au long de ce processus, portant surtout sur le succès de la végétalisation.

Un certificat de remise en état est émis lorsque les conditions équivalentes du terrain ont été rétablies. Les conditions du terrain doivent porter sur les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques du terrain, notamment la topographie, le drainage, l'hydrologie, la terre et la végétation. Les plans de remise en état et de fermeture élaborés par les exploitants et autorisés par l'organisme de réglementation tiennent compte de ces objectifs.

En 2009, le gouvernement de l'Alberta a mis en place un système d'établissement de rapports qui aide le public à mieux comprendre les progrès réalisés pendant le processus de remise en état. La plateforme Oil Sands Information Portal (OSIP) est une fenêtre unique d'information. Il s’agit d’un portail public contenant une carte interactive et une bibliothèque de données.

Perturbation des terrains par l’exploitation in situ

Avec la croissance de l'industrie des sables pétrolifères, on s'attend à ce que le pourcentage de terrains perturbés diminue. Cela est attribuable aux activités de remise en état en cours dans les zones d’exploitation, et au fait qu’environ 97 % des réserves qui reposent sous la surface des sables pétrolifères du Canada sont récupérables au moyen de la technique in situ, semblable à la production de pétrole classique.

L’exploitation in situ ne perturbe qu’environ 15 % du sol requis pour l’exploitation minière classique.

Cependant, les projets d'exploitation in situ des sables pétrolifères, de même que l'exploration pétrolière et gazière, la foresterie et les autres activités industrielles ont un impact réel. Les routes, lignes sismiques, corridors d'électricité et emprises de pipelines laissent des chemins linéaires qui causent une fragmentation de la forêt et qui ont un effet négatif sur les habitats fauniques.

Autres défis liés à la perturbation des terrains

Nous pratiquons déjà la restauration à nos établissements de ventes au détail du secteur Aval. La restauration est effectuée simultanément à la modernisation des établissements et des réservoirs des établissements existants, ainsi qu'à la fermeture d’établissements.

La restauration est également pratiquée à nos installations pétrolières et gazières classiques touchées par des activités antérieures. Les étapes de restauration sont suivies d'une phase de remise en état du terrain, ce qui comprend le rétablissement de la végétation.

Recherche sur la remise en état et surveillance

Suncor participe à plusieurs projets de recherche et de surveillance qui l'aident à comprendre l’impact de la mise en valeur sur la forêt boréale et les étapes à suivre pour améliorer les efforts de remise en état.

Parmi les projets visant à protéger les arbres et les arbustes indigènes ainsi que les espèces des milieux aquatiques qui sont des éléments écologiquement et culturellement importants pour les écosystèmes de la forêt boréale, notons :

  • Le programme portant sur les plantes des milieux humides au sein duquel nous collaborons avec des aînés de cinq communautés des Premières Nations pour dresser une liste des dix plantes importantes des milieux humides à planter dans le cadre d’un processus de remise en état.
  • Le programme Improving Seed Longevity of Native Shrubs identifie les conditions de stockage optimales des semences indigènes afin d’assurer un approvisionnement régulier pour la remise en état.
  • La Chaire de recherche industrielle sur la remise en état des terres forestières table sur son succès initial pour mieux comprendre le développement du couvert forestier et tenter d’améliorer la croissance des arbres pendant l’instauration du peuplement forestier. On élabore également des recommandations pour établir un état des lieux plus diversifié et des communautés forestières.

Dans le cadre d’une initiative plus vaste à l’échelle du continent, le programme Boreal Monitoring Avian Productivity and Survivorship nous permet de comprendre la dynamique et la diversité des populations aviaires dans les habitats remis en état et perturbés dans la région de l’Athabasca où sont exploités les sables pétrolifères. Grâce à une surveillance continue, le programme évalue les effets de la perturbation sur la qualité de l’habitat aviaire et les concepts de remise en état pour nous aider dans nos travaux de remise en état.

Le programme Wildlife Habitat Effectiveness and Connectivity nous a permis de mieux comprendre les effets des activités minières sur la dynamique des espèces sauvages. Grâce à la recherche et à la surveillance, le programme évalue la fonction des zones tampons non perturbées ou remises en état adjacentes aux mines et leurs effets sur la dispersion et la connectivité des espèces sauvages et les interactions prédateur/proie.

L'évaluation et la surveillance des risques pour la faune et la santé humaine se sont poursuivies en 2017 afin de s'assurer que les terrains perturbés par l'exploitation minière et in situ sont remis en état de manière à réduire les risques pour la santé des gens et de la faune. Les résultats sont communiqués à la COSIA pour s'assurer que nous améliorons les résultats à l'échelle de la région de mise en valeur des sables pétrolifères.

* Les terrains remis en état n'ont pas été certifiés comme tels par les organismes gouvernementaux de réglementation. Pour plus de détails sur la signification de remise en état, voir les mises en garde du présent rapport.

Sur cette page
Sur cette page
Lectures recommandées
Initiatives en matière de biodiversité
Relever le défi des changements climatiques
Ensemble, nous innovons ensemble.suncor.com