Le développement durable à Suncor

Terres et remise en état

Le développement énergétique perturbe la terre. Nous nous efforçons de diminuer cette perturbation en élaborant des plans détaillés de remise en état qui tiennent compte des répercussions de nos activités et intègrent des leçons apprises des intervenants locaux provenant des communautés autochtones et des collectivités.

Notre travail est axé sur la réduction de la taille des terres que nous perturbons et de la durée de cette perturbation pour faciliter le rétablissement d’un paysage biodiversifié et favoriser des écosystèmes naturellement durables. Pour y arriver, nous prenons les mesures suivantes :

  • réduire l’incidence de nos activités grâce à la recherche scientifique et aux meilleures pratiques de gestion, et collaborer avec les entreprises voisines pour réduire les effets cumulatifs de la mise en valeur
  • accélérer les démarches de remise en état des terres perturbées en saisissant les occasions de remise en état progressive
  • travailler avec nos pairs de l’industrie et des organismes multilatéraux à des initiatives visant la conservation et la remise en état des habitats pour les oiseaux, mammifères, poissons et autres espèces
  • adopter les connaissances traditionnelles des peuples autochtones.
Le lac Miwasin est situé sur les terres de notre usine de base et constitue une zone de recherche pour la remise en état de 18 hectares. Ce projet représente une version à l’échelle du plan de remise en état et de fermeture de l’usine de base, et comprend de hautes terres, des milieux humides et un lac de kettle de démonstration (lac Miwasin) qui contient des résidus liquides traités selon le processus PASS. À ce jour, le lac Miwasin évolue bien en ce qui concerne la qualité de l’eau, la végétation et la faune du secteur. Tout au long du projet du lac Miwasin, les communautés autochtones locales ont collaboré avec nous dans le cadre des efforts de recherche et de suivi.

Notre approche

L’utilisation finale des terres, soit la manière dont les terres seront utilisées après la clôture et la remise en état, est un aspect important à prendre en considération pendant toute la durée du projet, de la planification initiale à la remise en état finale. Cela comprend des facteurs tels que les démarches pour planter des espèces végétales particulières, l’endroit et le moment.

Avant de développer une nouvelle mine ou un projet in situ, nous élaborons des plans précisant les données de vie du projet et les activités de fermeture, y compris la remise en état. Les plans sont mis à jour régulièrement pendant la durée du projet et intègrent les changements apportés au projet, les nouvelles connaissances et les technologies à mesure qu’elles évoluent.

L’Agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta (AER) doit autoriser les plans de remise en état et de fermeture pour tous les nouveaux projets dans la province, ainsi que les plans mis à jour à mesure qu’ils sont élaborés.

Engoulevent d'Amérique assis sur un rocher entouré d'herbe
L'Engoulevent d'Amérique fait partie des espèces d'oiseaux en péril qui utilisent des habitats remis en état sur le site de Fort Hills.

Suivi

Nous assurons le suivi de la biodiversité à l’intérieur de nos sites d’exploitation des sables pétrolifères et de nos sites de remise en état, et dans les zones avoisinantes, conformément à nos engagements à l’égard de la réglementation et aux initiatives régionales élargies.

À nos installations in situ, les terres, les milieux humides et les zones aquatiques remis en état sont surveillés selon des plans de suivi des remises en état précis qui assurent le contrôle de la biodiversité lorsque la végétation repousse et les écosystèmes se développent. Dans le cadre du suivi, nous recueillons de l’information sur la qualité du sol, de la végétation et de l’eau. Ces renseignements sont utilisés pour appuyer les demandes de certificat de remise en état lorsqu’il est convenu que les exigences ont été respectées. Nous évaluons de manière plus poussée la biodiversité à l’échelle de nos installations au moyen d’un suivi de la faune, qui est réalisé conformément à des programmes approuvés de suivi de la faune et d’atténuation des effets sur celle-ci.

Une méthode que nous employons pour évaluer la biodiversité à nos installations minières consiste à appliquer un programme appelé dynamique de faune de début de succession (Early Successional Wildlife Dynamics – ESWD). Ce programme pluriannuel, mené en collaboration avec des entreprises membres de la COSIA, applique les mêmes méthodes de suivi à chacune des installations de notre entreprise, ce qui comprend l’utilisation de caméras et d’appareils d’enregistrement, pour évaluer le retour et le rétablissement de la faune aux zones remises en état. L’application des mêmes méthodes à toutes les installations permet la création d’un ensemble de données qui peuvent être comparées d’une installation à l’autre afin d’obtenir un aperçu régional.

Compte tenu des restrictions imposées en raison de la pandémie de COVID-19, les efforts d’échantillonnage de la faune déployés en 2020 dans le nord de l’Alberta étaient limités. Les caméras destinées à la faune et actionnées à distance ont toutefois continué de fonctionner et, en 2020, un total de 27 espèces sauvages ont été filmées à l’usine de base et à Fort Hills – 18 de ces espèces ont été immortalisées dans les habitats remis en état. Dans le cas de nos installations in situ, des caméras à déclenchement à distance installées à Firebag ont enregistré 13 espèces sauvages et les unités d’enregistrement acoustique ont enregistré 26 espèces d’oiseaux. À MacKay River, les caméras ont enregistré 15 espèces sauvages.

Sur cette page
Sur cette page

Consulter le Rapport sur le développement durable pour en savoir plus

Télécharger le PDF