Rapport sur le développement durable 2019

Avancée en matière de développement durable

Eric Axford est le chef du développement durable de Suncor; il s’agit d’un poste de direction créé il y a tout juste un an. Il a le mandat d'aider Suncor à s'orienter dans un environnement externe complexe et difficile, et d'intégrer des capacités et des pratiques exemplaires en matière de développement durable à l'échelle de l'entreprise.
Eric Axford; équipe de leadership de la haute direction (ÉLHD); chef du développement durable
Eric Axford
Chef du développement durable

Dans le cadre d'une conversation assez générale, Eric parle des progrès accomplis l'an dernier, des priorités à venir – et de l'incidence de la récente transition du leadership à Suncor sur le parcours vers le développement durable de l'entreprise.

En acceptant ce poste, vous avez dit que le rôle de chef du développement durable était « de s'assurer que l'entreprise respecte ses engagements, ses valeurs et ses croyances » en matière de développement durable. Un an plus tard, comment cela se passe-t-il?

C'est une question très intéressante. La période à laquelle on vit est si complexe qu'on a parfois l'impression d’avancer de deux pas et de reculer d’un pas. Mais dans l'ensemble, je crois que nous progressons bien en continuant d'évoluer.

Nous avons dû composer avec des défis d'ordre réglementaire et législatif qui ont exigé beaucoup d’attention de notre part. Nous avons également vécu des élections et des changements de gouvernement. Je suis très fier de ce que nous avons accompli et de la façon dont nous continuons de travailler dans le respect avec des gouvernements de toute allégeance et dans toutes les régions du pays.

Nous avons également conservé – et je dirais même renforcé – nos relations avec les investisseurs alors que plusieurs d'entre eux ont exprimé certaines préoccupations à propos de la compétitivité du Canada. Nous avons dépassé nos pairs en conservant la confiance dans notre modèle d'affaires et en maintenant notre engagement de longue date en matière de développement durable en tant que valeur de base et d'élément clé de notre stratégie commerciale.

Nous disposons d'arguments très convaincants attribuables à la profondeur de notre stratégie, qui ne porte pas uniquement sur la performance environnementale; elle mise sur la technologie et l'innovation, les partenariats avec les Autochtones et même l'inclusion et la diversité, qui ne font traditionnellement pas partie de l'approche en matière de développement durable. Les investisseurs disent qu’ils apprécient notre façon de penser. Ils ont confiance en notre vision à long terme et notre accent sur les besoins sociaux et le rôle de Suncor.

À ce propos, un des principaux objectifs de développement durable de Suncor est un objectif social qui porte sur le renforcement des relations avec les peuples et les communautés autochtones au Canada. Dans quels domaines avez-vous réalisé des progrès et quelles sont les occasions à venir?

L'entente liée au projet d’agrandissement du Parc de stockage Est est l'exemple le plus souvent cité, alors que la Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew ont acquis une participation combinée de 49 % dans un élément clé de l'infrastructure de Fort Hills de Suncor. Il s'agit du plus important investissement commercial à ce jour effectué par des communautés des Premières Nations au Canada et il est largement reconnu comme un changement marquant.

Je suis aussi très fier des ententes d'équité conclues avec les peuples autochtones en Ontario et au Québec ainsi que des autres partenariats établis dans l'ensemble du pays. Par exemple, on compte maintenant plus de 30 établissements de ventes au détail de marque Petro-Canada appartenant à des communautés des Premières Nations et exploités par celles-ci.

L'objectif est de dépasser le stade des relations transactionnelles afin d’établir un véritable engagement significatif à long terme – et je pense que nous avançons en ce sens. Je suis particulièrement fier du récent lancement du conseil consultatif de jeunes Autochtones, une initiative à laquelle nous travaillons depuis un certain temps. Il contribue à faire entendre la voix des jeunes Autochtones – le segment de la population canadienne qui croît le plus rapidement – dans notre entreprise. Cela nous donne accès à tout un monde de possibilités et c'est très stimulant d'être témoin de cette évolution.

Grâce à notre objectif social, nous trouvons de nouvelles façons de travailler avec les peuples autochtones afin de promouvoir la réconciliation économique et sociale. On ne parle pas ici uniquement de projets énergétiques; on parle d'établir des ponts entre les cultures. Les occasions sont énormes et nous n’en sommes qu'au début de ce qu’il est possible d’accomplir. Il y a tant à faire et je crois que nous y arriverons si nous continuons à écouter, apprendre et collaborer.

L'un des autres objectifs importants de Suncor en matière de développement durable est de réduire de 30 % l'intensité totale des émissions de gaz à effet de serre provenant de sa production de pétrole et de produits pétroliers d'ici 2030. Croyez-vous toujours que cela est possible?

Oui, absolument. Nous disposons d'un plan solide pour atteindre cet objectif et nous avons constaté de bons progrès dans l'élaboration et la mise en œuvre de technologies et d'innovations qui nous permettront d'y arriver. L'établissement de cet objectif était extrêmement important afin de nous attaquer à la tâche colossale que représente l’atteinte de ce niveau d'efficience et d'efficacité pour une entreprise énergétique. Encore une fois, il s'agit ici d'une source de confiance pour nos investisseurs et autres parties intéressées.

Si l’on se compare à bon nombre de nos concurrents, on constate que nous effectuons des investissements tangibles dans le développement et le déploiement de la technologie – près de 650 millions de dollars pour l'année dernière seulement, en incluant nos investissements dans la sphère numérique – pour nous permettre de réussir à long terme et d'amorcer la transition vers une économie sobre en carbone.

Nous réfléchissons aussi de plus en plus à ce qui se passera après 2030. Nous estimons que la demande de produits pétroliers se poursuivra pendant encore longtemps. Nous estimons aussi que Suncor sera assez agile pour évoluer, effectuer une transition et se transformer de façon à devenir un fournisseur d'énergie de confiance pour les décennies à venir. Le caractère global de nos stratégies en matière de technologie et d'innovation jouera un rôle clé dans ce contexte.

En matière de technologies, est-ce que les investisseurs, ou d'autres parties intéressées vous ont déjà dit : « C’est bien beau, mais quand pourrons-nous voir les importantes percées transformatrices? »

Oui, ils nous le demandent tout le temps. Je réponds tout d'abord en parlant de certaines percées importantes réalisées au cours des dernières années. Tout d'abord, nous utilisons désormais des véhicules autonomes dans nos mines, ce qui se traduit par des activités minières plus sûres et plus productives et un rendement du carburant amélioré. Un autre exemple est la technologie PASS (permanent aquatic storage structure) mise en œuvre par notre équipe chargée de la remise en état des bassins de résidus et qui s'attaque à l'un des plus importants défis du développement durable.

La prochaine principale percée potentielle porte sur les solvants et les technologies d’extraction sans eau mises au point pour nos installations in situ, qui pourraient permettre de réduire l'intensité des émissions de gaz à effet de serre (GES) de nos activités de 50 à 70 %. Nous n'aurons pas à attendre des décennies pour être témoins de ces avancées; elles sont à nos portes.

Il s'agit surtout de s'assurer que Suncor pourra poursuivre sur la voie de la réussite dans une période qui, selon plusieurs, connaîtra une importante transition énergétique. Quels sont les autres éléments importants de cette stratégie?

Nous avons beaucoup insisté sur la création de scénarios. Je dirais que nos aptitudes dans ce domaine se sont grandement améliorées au cours des cinq dernières années – et seront de mieux en mieux. L'incertitude face à l'avenir demeure et nous devons opter pour une planification intelligente dans le cas de plusieurs éventualités. Nous disposerons ainsi de l'agilité requise pour accueillir le changement de façon positive, plutôt que d'y résister.

Notre Rapport climat : risque et résilience annuel est un excellent – et l’un des premiers – exemple en ce sens. C'est une façon de communiquer à nos investisseurs et autres parties intéressées l'esprit d'avant-garde qui définit la planification et les décisions de notre entreprise. Le rapport décrit comment nous percevons le carbone comme un risque majeur ainsi que les étapes entreprises pour réduire ce risque. Nous testons notre stratégie d'entreprise chaque année par rapport à trois scénarios énergétiques futurs, y compris celui qui envisage un important déclin de la demande en pétrole. Pour chacun des trois scénarios, la stratégie de Suncor demeure résiliente. Autrement dit, nous pourrions continuer de générer une bonne valeur économique, de s’attaquer aux enjeux sociaux et d’améliorer notre rendement environnemental tout en produisant de façon responsable l'énergie dont le monde a besoin.

Pour les investisseurs, un bon leadership en matière d'objectif de développement durable se définit par la transparence et la divulgation d'information. Et je crois que Suncor est largement reconnue comme un chef de file dans ce domaine. C'est la raison pour laquelle l'harmonisation de notre politique de divulgation d'information sur les émissions de carbone au groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TCFD), une initiative du Conseil de stabilité financière, allait plutôt de soi dans notre cas.

Nous croyons qu'en améliorant la transparence et la divulgation d'information, nous serons plus à même de faire valoir notre point de vue et d'expliquer certaines réussites réalisées dans le secteur de l'énergie au Canada. Cela pourrait aussi permettre à l'énergie canadienne de se distinguer comme l'une des énergies parmi les plus dignes de confiance et respectueuses de l'environnement sur la planète.

Pour Suncor, l'inclusion et la diversité sont une priorité. Comment la situation évolue-t-elle?

On dirait parfois que les avancées en matière d'inclusion et de diversité se font trop lentement, mais nous travaillons pour améliorer la sensibilisation, les compétences et les connaissances de tous nos employés et leaders afin d'instaurer une culture plus inclusive. Notre Réseau des employés autochtones (maintenant connu sous le nom Horizons) et notre comité sur l'inclusion et la diversité, ainsi que d'autres initiatives internes, lancent des conversations et proposent de nouvelles occasions de mobiliser concrètement notre main-d'œuvre, nos entrepreneurs et nos fournisseurs.

Je tiens aussi à dire que Suncor fait la promotion de la diversité dans sa façon de collaborer avec les organismes externes – notamment avec certains partenaires plutôt improbables – sur une foule d'aspects, de la technologie aux politiques énergétiques en passant par l'innovation sociale. C'est facile de collaborer avec des gens qui pensent comme vous, mais nous avons toujours fait un effort délibéré pour travailler avec des gens ayant différents points de vue. Notre collaboration avec des groupes comme Evok Innovations et Energy Futures Lab témoigne de cette approche, et nous en retirons tous des avantages. On ne sait jamais d'où viendra la prochaine idée ou innovation intéressante et ce genre de collaborations a souvent une incidence sur notre façon de voir les solutions possibles et de mener nos activités.

Suncor a connu récemment une transition du leadership, alors que Mark Little est devenu président et chef de la direction en remplacement de Steve Williams. Est-ce que ce changement aura une incidence sur la vision du développement durable de Suncor?

Le développement durable est ancré si profondément dans la culture et les valeurs de Suncor que les transitions sur le plan du leadership ont peu d’incidence à cet égard. Je crois que l’on remarquera que Mark reformulera la raison d'être de Suncor, ce que nous apportons à la société en général et dans quelle mesure la technologie, l'innovation et la création de valeur sur le plan social sont essentiels à la réussite à long terme de Suncor.

Mark est profondément et personnellement engagé à renforcer les relations avec les peuples autochtones, non seulement avec Suncor ou le secteur de l'énergie, mais dans l'ensemble de la société. D'un autre côté, on peut déjà constater son soutien du concept de triple résultat pour le développement durable que Suncor a adopté depuis longtemps. Il croit, tout comme moi, qu'on ne peut atteindre nos objectifs liés à l'environnement sans compter sur une économie forte et qu'on ne peut avoir une économie forte sans maintenir un environnement sain. Pour réussir à long terme, il faut aussi être en mesure de répondre aux besoins de la collectivité et de s'attaquer aux enjeux sociaux.

Il n'y a pas de compromis à faire entre ces éléments; ils sont tous interreliés. Le développement durable est à la base de tout ce que nous faisons – et il nous permet de regarder à long terme vers l'économie de demain.

Sur cette page
Sur cette page
Lectures recommandées
Responsabilité sociale
Relations avec les groupes d'intérêt et les Autochtones
Relever les défis des changements climatiques